Essai: Hyundai Santa Fe HEV 1.6 T-GDi 6A/T 2WD: Taille patron

DSC_1174

Avec son imposante calandre chromée, le Hyundai Santa Fe ne passe pas inaperçu. Il faut dire que ses dimensions forcent également le respect avec une longueur de 4,8 m et une largeur de 1,9 m. De quoi fréquenter des congénères huppés tels que le Jaguar F-Pace ou le Range Rover Velar. Du côté des Allemandes, il se situe souvent entre deux modèles… Suivant une tendance de plus en plus répandue, c’est la version HEV qu’il nous a été proposé d’essayer. Le 4 cylindres 1.6 essence est ainsi accolé à un moteur synchrone délivrant jusqu’à 44,2 kW et l’ensemble délivre une puissance cumulée de 230 ch envoyée sur les seules roues avant.

DSC_1198

Cousin du Kia Sorento, le Hyundai Santa Fe en reprend certaines technologies comme l’instrumentation digitale qui fait apparaître l’image captée par l’une des caméras d’angles morts, situées sous les rétroviseurs, lorsque le conducteur active un clignotant. Ce dont nous ne disposions pas sur notre version. Ce qui n’empêche pas ce SUV coréen d’offrir un certain nombre d’équipements comme la smart key, les sièges en cuir, le chargeur sans fil, le système audio Krell, l’assistant au maintien de trajectoire, les capteurs de stationnement avant et arrière ou encore la suspension autonivelante. L’équipement est d’autant plus riche qu’il n’existe qu’un degré de finition imposé et quelques options proposées…

DSC_1058

J’aime bien

On se sent bien à bord du Santa Fe. L’habitacle est joliment dessiné, l’espace est généreux et l’on trouve assez rapidement une bonne positon de conduite. Les informations dont on dispose sur le tableau de bord sont logiquement très complètes et l’on peut opter pour des précisions concernant le trajet, le système multimédia ou encore la téléphonie. Certes, notre finition était entièrement noire mais les touches de chrome disséminées un peu partout apportent un certain standing à l’ensemble. La grosse console centrale présente un nombre impressionnant de boutons mais on s’y habitue rapidement et cela demeure plus évident pour nous de trouver la bonne touche que de chercher sur un écran tactile, comme chez certaines concurrentes, des fonctions souvent utilisées.

DSC_1152

Plutôt malin

A l’usage, cette mécanique se révèle très agréable. Silence au démarrage, gestion totalement transparente et douce avec des passages en mode électrique EV fréquents, le Santa Fe profite aussi d’une transmission efficace avec une boîte automatique à six rapports plutôt fûtée. Au chapitre des bons points, il faut aussi saluer le tonus de l’ensemble. Ses accélérations sont vives (0 à 100 km/h en 8,7 secondes), ses reprises se montrent très sécurisantes (5,5 s pour passer de 80 à 120 km/h), c’est plutôt surprenant sachant que le bestiau pèse 1.937 kg! Le chapitre consommation est aussi positif avec 8,4 l/100 km de super réclamés à l’issue de nos 340 km d’essai réalisés sans jamais se soucier de cet aspect. Ce qui reste bien plus raisonnable que les 11 l/100 réclamés par le Tucson 1.6 T-GDi 48v essayé juste avant dans des conditions semblables.

DSC_1190

J’aime moins

Logiquement, le Santa Fe n’est pas un modèle de dynamisme. Sans être pataud, il préfère définitivement les longues courbes régulières aux petites virages serrés. Qui plus est, il ne présente pas un compromis idéal entre fermeté et confort. La première étant trop souvent présente sur les irrégularités de notre territoire. Par ailleurs, on a trouvé un peu bizarre la molette sur la console centrale qui permet de choisir entre des modes de conduite en tout-terrain alors qu’il s’agit d’une simple, traction. Et si l’espace habitable est généreux, n’oublions pas qu’il est l’un des rares SUV à proposer 7 places, les espaces de rangement ne sont pas des plus volumineux.

DSC_1078

Pourquoi je l’achète

Avec un prix raisonnable par rapport aux excès de la concurrence allemande, le Hyundai Santa Fe constitue une offre intéressante sur le marché des SUV de belle taille. On l’a dit, il offre 7 places via deux sièges dépliables dans le coffre mais ces derniers sont destinés avant tout à des enfants… L’équipement est très complet d’autant qu’il n’existe qu’une finition Shine. Et cerise sur le gâteau, en ce mois de mai, le Santa Fe Hybrid 1.6 T-GDi est affiché à 47.249€ au lieu de 52.999€. Quelques packs permettent de personnaliser son exemplaire mais on n’est pas sûr qu’ils soient véritablement indispensables.

DSC_1165

Pourquoi je ne l’achète pas

S’il a bien été commercialisé en Diesel, le Santa Fe n’existe désormais plus qu’en essence hybride et hybride rechargeable. Autant dire que cela ne réjouira pas les adeptes du mazout qui savent qu’un tel véhicule n’est jamais aussi bien motorisé que par un bon moteur traditionnel. L’encombrement du SUV Hyundai demande également sa part d’espace, que ce soit pour le parking à la maison ou au travail pour autant que l’on y aille encore. Enfin, quelques côtés bling-bling de l’habitacle pourront exaspérer certains mais on peut réellement affirmer qu’il offre un degré de finition assez bluffant pour le prix demandé. (Photos: Pierre Fontignies)

DSC_1182

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s