Abarth 595 Scorpione Oro et Turismo 2021: prise en main

2
Scorpione Oro et Monster Energy Yamaha : deux approches différentes et complémentaires du plaisir de conduire à l’italienne.

Nous avons pu récemment reprendre en mains une Abarth… s’il est des noms mythiques dans l’histoire de l’automobile, Abarth en fait partie. Et à l’image de ce que le sorcier faisait dans les années 50-60, c’est toujours la FIAT 500 qui se retrouve transfigurée ! (Texte: Dimitri Urbain)

Cent fois sur le métier…

Si plusieurs petites sportives sont toujours disponibles sur le marché belge (Fiesta ST, Swift…) il y en a bien deux qui sont plus emblématiques que les autres : la Mini Cooper S, bien sûr, et l’Abarth 595. Et celle-ci partage beaucoup de points communs avec la Lotus Elise. Elles sont craquantes à regarder, arborent souvent des couleurs très voyantes, sont menues, sympas à conduire et toutes les deux cachent leur âge à coup de séries limitées en rapport avec l’histoire de la marque !

1
Uniformément noire et relevée de bandes, jantes et inscriptions dorées. Chic et sportif, façon Abarth.

La nouvelle gamme Abarth se compose des 595, 595 Turismo, 595 Competizione et 595 Esseesse et est disponible à partir de 17.990€ TVA incluse ! Du côté des séries spéciales, la Scorpione Oro est aux côtés de la Monster Energy Yamaha et de la 695 70° Anniversario. Elle est affichée à 22.990 €, en promotion, une fois 4.500 € déduits de son prix catalogue. Produite à raison de 2.000 exemplaires seulement, elle se distingue par sa robe uniformément noire et ses touches dorées : jantes, bandes latérales qui ne sont pas sans rappeler une certaine Lotus « JPS » ! Cette série limitée rend hommage à l’Autobianchi A112 Abarth Targa Oro, produite à 150 exemplaires en 1979.

6
Ambiance bouillante sous le capot avec du rouge ! Le filtre à air est un BMC qui permet au 1,4l de mieux respirer.

Elle est équipée d’un moteur 1400 cm3, turbo, avec différents niveaux de puissance. Ses 165 ch à 5.500 tr/min sont suffisants pour la propulser à quasiment 220 km/h et passer de 0 à 100 km/h en un peu plus de 7 secondes. Le couple est de 230 Nm à 2.250 tr/min, c’est toujours bon à prendre pour la souplesse. Son rapport poids-puissance est loin d’être ridicule, à 6,4 kg/ch. Ce bouillant moteur est associé à une boîte 5 rapports manuelle ou robotisée. Notre modèle d’essai était équipé de la version robotisée, nous y reviendrons. Le châssis est équipé d’amortisseurs Koni et de barres antiroulis qui la collent au sol. Le freinage à quatre disques, ventilés à l’avant est à la hauteur.

3
L’élément le moins convaincant de l’Abarth : la boîte robotisée ! Lente, elle est vraiment à la peine et il vaut mieux s’en passer pour rester avec la version manuelle.

Ambiance Corsa !

A l’intérieur, il s’agit bien d’une 500, avec le grand bloc d’instrument face au conducteur. L’ensemble dégage une atmosphère sportive. Les sièges sont évocateurs de ceux montés sur les Abarth des années 60. Les appuie-têtes brodés, sont du plus bel effet. On leur pardonnera une assise un peu courte et, pour les plus grands, la difficulté à trouver une position de conduite idéale car ils ne descendent pas très bas. Le réglage de la hauteur est en fait celui de l’inclinaison de l’assise. Sur le tunnel central figure la plaque dorée, commémorative de cette série limitée. Les pédales en aluminium sont bien évidemment présentes, tout comme le volant à méplat, avec une prise en mains parfaite. Si sur la 500 le bouton situé à droite du volant augmente l’assistance de direction, ici c’est tout le contraire… il change le caractère de la voiture en la faisant passer en mode « Scorpion ». Il modifie le comportement de la voiture, en jouant sur le couple, l’assistance de direction et la réponse à la pédale d’accélérateur. Au passage, l’affichage du compteur devient lui aussi plus sportif et l’aiguille du mano de turbo, situé à gauche derrière le volant décolle plus vite.

9
La plaquette commémorative se trouve entre les sièges avant.

Au milieu du tableau de bord trône un écran tactile de 7’’ compatible Apple Car Play et Android Auto. Lorsqu’on met le contact, le volet du garage s’ouvre et l’Abarth en sort ! Elle y rentre une fois le contact coupé, trop fun ! Côté hifi, un système Beats Audio de 480 W offre des sensations dignes d’une salle de concert. Prises Bluetooth et DAB sont aussi de la partie. L’espace à l’avant est important, à l’arrière c’est un peu étriqué mais personne n’a jamais voulu faire passer l’Abarth 595 pour un monospace !  Nos modèles d’essais sont des découvrables, qui permettent à l’ensemble des passagers de profiter du soleil sans trop d’inconvénients liés au vent…

4
L’inspiratrice… l’Autobianchi A 112 Abarth Targa Oro et ses détails dorés. En commun le plaisir de conduire, la taille et l’agilité !

Une formule ancienne, certes, mais qui a tout son charme (celui de la 500, bien entendu !) et est bien plus élégante que les affreux toits ouvrants à la mode, qui remontent en arrière plutôt que de rentrer sous le pavillon. En plus, l’ouverture est réglable à l’infini, comme on veut. Même repliée complètement, la capote ne bouche pas la vue vers l’arrière. Le seul bémol, c’est que l’ouverture du coffre est réduite.

Plaisir à (presque) tous les étages

Le moteur adore prendre des tours et il est rempli de caractère. On aimerait l’entendre un peu plus chanter, d’ailleurs. Il ne faut pas hésiter à monter dans les tours, en mode « Sorpion » après 3000 tr/ min, c’est presque toujours la fête au village ! Presque ? Oui, à cause de la boîte… qui est très et trop lente au passage des rapports, marquant à chaque fois un temps d’arrêt avant de repartir de plus belle. Utiliser les palettes améliore un peu les choses mais il est clair que cette boîte est vraiment à la peine et se révèle parfois déconcertante lors des accélérations.

5
Mettre le contact fait s’ouvrir une porte de garage sur l’écran central et… sortir une Abarth ! Lorsqu’on le coupe elle reprend sa place. Le côté facétieux de nos amis italiens.

Le comportement routier est ferme. Sur bons revêtements ça passe, un peu moins sur une route remplie de nids de poule. Dans les cas extrême, c’est limite inconfortable mais c’est le prix à payer pour une certaine précision. La voiture prend peu de roulis et permet des vitesses de passage en virage assez élevées en toute sécurité. La direction est assez précise, linéaire, donnant un bon retour de l’adhérence et de la position des roues avant. Cependant, un effet de couple n’est jamais très loin. En mode « normal », elle est un peu plus légère, au détriment de la précision. A n’utiliser que lors de certaines manœuvres de parking. La consommation s’établit aux alentours des 9 l/ 100 km si elle est conduite de façon sportive. Le freinage est toujours à la hauteur, avec un dosage facile sur la pédale, comme il convient avec une sportive. Il est possible de voir les 7 litres et même moins avec un œuf sous la pédale de droite mais rouler en Abarth et se priver du fun de le faire, ça n’a aucun intérêt !

7
A défaut d’une grande ouverture, les formes du coffre sont bien régulières et permettent de partir à deux sans problème.

En conclusion…

Même si elle n’est pas la plus rapide, la plus confortable ou celle qui a la meilleure tenue de route, peu importe. L’Abarth a une âme et vous met un sourire jusqu’aux oreilles une fois derrière son volant ; c’est bien là le principal. Elle a un chic sans pareil pour faire oublier ses petits défauts (satanée boîte de vitesses !), en regard du plaisir qu’elle distille sans compter pour son pilote ! (Photos: Pierre Fontignies)

11
Après le sport, voilà le chic et toujours le choc, la nouvelle version Turismo 2021.
Découverte de la version « Turismo » 2021

Si la Scorpione Oro la joue un peu tapageuse, ici on est sur une note luxe et chic. Elégante, discrète, très italienne, c’est aussi une ambiance qui se marie à merveille avec les performances de l’Abarth 595. Les sièges recouverts de cuir ont été revus, avec un nouveau quadrillage en forme de losange très chic, surtout en Helmet Brown. Extérieurement, notons aussi qu’un nouveau « Blu Rally », inspiré de la 131 Abarth est disponible. Les nouvelles jantes de 17’’ évoquent celles de la Lancia Delta Integrale des années 1990…

Les sièges cuir avec leur nouveau quadrillage et la finition « Helmet Brown » : chic, classe et sport comme seuls les italiens savent le faire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s