Essai : Mini Cooper 5 portes 136 ch : fun et mature

La troisième génération de Mini produite sous l’ère BMW propose, aux côtés des 3 portes, cabriolet, Clubman et Countryman, une version 5 portes se voulant polyvalente. Nous l’avons testée pour vous, en motorisation essence 136 ch et boîte automatique 6 rapports. La Mini c’est un peu comme l’enfant terrible de la famille, à qui on permet de s’amuser, dans des limites raisonnables, certes, en sachant que sa bonne éducation fera le reste…

01
Le dernier restylage en date de la troisième génération de Mini par BMW se marque par l’adoption d’une nouvelle calandre à bandeau central. Ses formes rappellent celle de la Mini originelle de 1959, tout comme la forme des phares.

Premium en miniature

Dans un segment de marché bien encombré, la Mini tire son épingle du jeu en se posant un peu comme une BMW… face à sa rivale Audi A1, par exemple. Cependant, à force de grandir, la Mini fait finalement de plus en plus figure d’entrée de gamme BMW par sa taille. La troisième génération, baptisée F56, est sortie en 2014. Retouché esthétiquement en 2018, le modèle utilise la plateforme UKL1 et a encore évolué largement, depuis le début de cette année.

02
La version 5 portes offre une plus grande polyvalence en facilitant l’accès aux places arrière que la Mini 3 portes. Elle est ici en Island Blue, avec pavillon multitons associant le bleu et le noir. Facturé 510 €, il apporte une touche d’originalité mais nous privilégierions plutôt un toit vitré et ouvrant . Les jantes sont des 18’’ équipées de pneus permettant le roulage à plat.

Histoire de fêter 20 ans de Mini by BMW et de patienter jusqu’à l’arrivée de la prochaine génération. Désormais, la Mini reçoit une nouvelle calandre encore plus imposante, avec une bande couleur carrosserie qui la traverse horizontalement, un nouvel encadrement noir et des prises d’air en lieu et places des phares antibrouillard qui se trouvaient à l’avant. L’ensemble est censé rappeler la calandre de la Mini originelle et ses formes particulières. Nous, on aimait mieux la bouille qu’elle avait avant mais il faut bien s’adapter et suivre une concurrence qui ne se repose pas sur ses lauriers.

03
Notre Mini d’essai est une Cooper (moteur trois cylindres 1.500 cm3 essence de 136 ch DIN), en finition « Mini Yours ». Celle-ci met l’accent sur le luxe et les petits détails de finition. A 200 € près, elle coûte aussi cher que la finition JCW (5.600 €) mais se veut plus confortable.

La Mini présente donc désormais un côté caricatural encore renforcé par les énormes rétroviseurs! L’heure est au noir plutôt qu’au chrome, des cerclages de phares à toute une série de finitions. A l’intérieur, un nouvel écran central tactile de 8,8’’ trône au centre de la planche de bord. Equipée du désormais connu trois cylindres de 1.500 cm3, la Mini dispose, sous cette forme, de 136 ch entre 4.400 et 6.000 tr/ min avec un couple de 220 Nm entre 1250 et 4300 tr/ min, gage de souplesse. L’ensemble s’avère homogène  et représente  un bon compromis pour une voiture qui pèse un peu plus de 1.200 kg.

04
Sur la route, le côté joueur et rassurant de la Mini est préservé. Direction, tenue de route et confort figurent parmi les qualités principales de la voiture.

Côté tarifs, la Mini 5 portes débute à 20.500 € mais peut rapidement coûter très cher si on se laisse aller au jeu des options. Notre Cooper, elle, est affichée à 24.350 € en version de base. La boîte Steptronic à double embrayage est facturée 1.890 € et ne pénalise ni les accélérations ( 0 à 100 en 8,3 secondes), ni la vitesse de pointe (207 km/h), ni les émissions de CO2. Elle s’avère néanmoins largement un cran en-dessous de la ZF automatique 8 rapports de la marque à l’étoile, comme nous le verrons plus loin.  La finition « Mini Yours », c’est un peu comme si c’était le pendant de la finition BMW « Individual » chez Mini. Elle ajoute 5.600 € au prix de base, soit quasiment la même chose que la finition JCW, à 200 € près mais elle se veut plus luxueuse que cette dernière. Elle inclut la peinture métallisée (Island Blue pour notre modèle d’essai), les jantes en alliage bicolores en 18’’ et les pneus run flat. Le toit multitons est, lui, facturé 510€.

05
Le tableau de bord conserve une partie centrale proéminente où se trouve un écran multimédia. Il rappelle lui aussi la Mini de 1959 et son grand compteur central. Son utilisation est facile, via la molette située entre les deux sièges avant. Le volant dispose d’une jante épaisse et agréable, sans être constellé de boutons, on aime. Le combiné d’instruments bouge lors des réglages et est en partie configurable.

L’intérieur est tendu de cuir noir, tout comme le volant. Les options figurant sur la voiture d’essai comprennent le « Pack Confort Plus » avec volant chauffant, accès sans clef, l’accoudoir avant, les rétros électriques rabattables, les sièges et le volant chauffants ou encore le climatiseur automatique. Le « Pack Driving Assistant » y ajoute la caméra et le radar de recul et le régulateur de vitesse. En outre, notre voiture d’essai est équipée de la « Connected Navigation » avec info traffic en temps réel, écran multifonctions et l’intégration du smartphone. Ajoutez-y les vitres arrière surteintées et voilà une Mini qui coûte la bagatelle de 36.975 € TVAC.

06
Très à la mode dans les années 80, les commandes « au plafond » viennent de l’aviation. Dans la Mini, ce sont celles de l’éclairage intérieur qui s’y trouvent, protégées par des demi-cercles. Un détail parmi d’autres qui confèrent à la Mini une personnalité originale et unique.

J’aime bien

La version 5 portes est une vraie Mini, un engin plutôt fun! Le moteur est bien adapté à l’engin et largement suffisant au quotidien. Sur petite route, en mode « sport », elle enfile les virages d’un coup de volant, tout comme les ronds-points, c’est une voiture aussi joueuse que sécurisante. Son gabarit permet aussi de se faufiler facilement en ville. Entre sa direction directe et précise et ses suspensions à la fois fermes mais confortables, le châssis est une vraie réussite. L’ambiance intérieure a une touche de classe qui fait inévitablement penser à une BMW en réduction, et pour cause…

07
Sous le capot, c’est le moteur BMW 1500 cm3 à trois cylindres qui officie. Bien connu, il offre ici 136 ch et 220 Nm sur une plage de régime assez large, un gage de souplesse et de bonnes reprises. Associé à la boîte Steptronic 7 rapports, il offre des performances intéressantes qui ne cantonnent pas la Mini à un seul usage urbain, même si la boîte ne nous a pas vraiment convaincus.

J’aime moins

Sur notre version d’essai, l’intérieur était noir, noir, noir… certes, c’est d’un entretien plus facile mais lorsque je suis monté dedans pour la première fois j’ai éprouvé un sentiment de claustrophobie, certainement renforcé par la garniture de pavillon anthracite et les vitres surteintées à l’arrière. Nul doute qu’un toit ouvrant aurait grandement amélioré les choses. Si la Mini se veut « premium », quelques éléments de finition sont à revoir: boulons de fixation des garnitures de montants de portières bien visibles ou la tôle apparente à l’intérieur, les poignées à tirer (et très mal placées) pour régler l’inclinaison des dossiers des sièges avant ou encore l’absence de réglage en hauteur des ceintures de sécurité à l’avant… c’est pourtant quelque chose qui ne doit pas coûter très cher et peut être commun à toute une gamme, non ?

08
Un autre détail original et fun : le drapeau de la Grande Bretagne, l’Union Jack, stylisé sur les feux arrière. La Mini est anglaise et le clame haut et fort !

Bien vu…

Le volant sport est à jante épaisse, facile à prendre en main, faisant inévitablement penser à une BMW. Il n’est pas constellé de boutons, le régulateur de vitesse est à gauche, les réglages du système multimédia à droite. De plus, le combiné d’instruments bouge avec le volant, ce qui donne toujours une position optimale pour la vision. Un élément tout simple que nombre de constructeurs pourraient adopter! La Mini c’est aussi une multitude de clins d’œil à ses origines insulaires, comme les feux arrière rappelant l’Union Jack, le drapeau du Royaume-Uni…

09
La finition « Mini Yours » offre un intérieur cuir. Les sièges avant disposent d’une partie centrale en avant de l’assise qui est réglable, afin de soutenir au mieux les genoux des occupants. Le soutien latéral pourrait être plus important en virage. La Mini dispose encore d’un frein de parking mécanique et non pas électrique, on aime ! La commande centrale est facile à utiliser et la navigation dans les menus, intuitive et très bien pensée.

Pourquoi je l’achète

Pour l’expérience de conduite, très « Mini » et ses côtés « British » un peu décalés. Même en version 5 portes, elle reste un kart! Dans une catégorie plutôt aseptisée, la Mini tire son épingle du jeu en étant tout à la fois différente, sportive, fun et rassurante dans son comportement. La finition est globalement de bon aloi et nul doute que la fiabilité soit au rendez-vous, tout comme les coûts d’entretien raisonnables, merci à l’ADN BMW.

010
Les places arrière sont plus adaptées à des enfants qu’à des adultes… surtout pour un long trajet ! La banquette offre une modularité qui s’avèrera souvent utile.

Pourquoi je ne l’achète pas

La boîte automatique! Parfois imprévisible et hésitante, souvent lente, elle laisse un goût de trop peu et ne semble pas à la hauteur des qualités du moteur et, surtout,  du châssis. Avec 7,4 l/ 100 de moyenne sur l’ensemble de notre essai, on ne peut pas dire qu’elle soit particulièrement frugale, son côté fun aidant et incitant à s’amuser… il faut vraiment un œuf sous la pédale pour atteindre les 6,2 « officiels ». Les émissions de CO2 sont comprises entre 125 et 140 gr/ km, gage de taxe raisonnable en Wallonie. L’attaque de la pédale de frein est plutôt légère et exige d’appuyer plus fort afin de ralentir voire stopper la voiture et demande une certaine accoutumance, sous peine d’être surpris! L’insonorisation pourrait également être meilleure, ce qui renforcerait encore son côté « premium ».

011
La contenance du coffre n’est évidemment pas le point fort de la Mini mais les formes sont régulières et, à condition d’utiliser des sacs plutôt que des valises, il permet de partir en vacances sans devoir faire trop de choix… Madame sera heureuse !

En conclusion la Mini permet de s’offrir un petit grain de folie tout en restant raisonnable et en se rassurant soi-même. L’ultime évolution lui permet d’atteindre une certaine maturité dans tous les domaines, tout en se posant comme l’une des plus agréables à conduire du segment. (Texte : Dimitri URBAIN, photos : Pierre FONTIGNIES)

012
Le dernier restylage apporte des garnitures noires, comme ici autour des phares, désormais à LED. A l’image de la calandre, ils rappellent la forme circulaire de ceux montés sur la Mini originelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s