Gamme Alpine 2022 : les fondamentaux du plaisir !

Nous avons pu récemment prendre le volant de l’ensemble de la gamme Alpine, sur de petites routes taillées pour elles. Agiles, précises, amusantes, les A110 2022 sont bien les dignes descendantes de la légendaire Berlinette. A contre-courant de l’autophobie ambiante, des autos rafraichissantes et distillant un maximum de plaisir !

2
En version GT, l’A110 offre des roues 18’’ plutôt que les 17’’ de la version de base. Discrète, elle profite de 300 ch, de quoi atteindre les 260 km/h sans problème.

Gamme complète

Relancée en 2017, Alpine était en sommeil depuis plus de vingt ans… et la marque s’attaque d’emblée au Porsche Cayman ! L’A110 est une grande réussite qui dame le pion à son rival teuton en matière de comportement et d’efficacité. Depuis, au travers de différentes versions, l’Alpine a séduit aussi par sa qualité d’assemblage et de finition. Un bel exemple d’utilisation de pièces de grande série associées à un design élégant, un peu rétro, mais pas agressif. Ses lignes sont dues à David Twohig. Ce designer britannique a également signé la Zoé chez Renault et… la première génération de Qashquai pour Nissan. La recette a son charme et son efficacité mais sur un marché où seuls des chiffres de puissance élevée semblent intéresser la majorité des acheteurs, la tâche d’Alpine n’est pas facile. Après une année 2020 en demi-teinte, Dieppe propose une nouvelle gamme très cohérente, articulée sur trois versions : l’A110, l’A110 GT et l’A110 S. Chacune possède sa personnalité et s’adresse à une clientèle spécifique.

3
L’identification de la gamme 2022 a été modifiée. Des monogrammes « GT », comme ici, ou « S », sont appliqués sur la face arrière.

De nombreuses personnalisations sont possibles, depuis les teintes « Atelier », références à l’histoire de la marque, en passant par le pavillon carbone, au tout nouveau pack Aéro, sur la S. L’ensemble de la gamme reçoit une nouvelle interface de commande pour l’écran tactile ainsi qu’une compatibilité Android Auto et Apple Car Play, sans parler du Bluetooth et des deux prises USB ou encore de la commande vocale. En option, un menu Alpine Telemetrics (sauf sur la S) permet d’afficher des manomètres ou des histogrammes en temps réel : pression de turbo, température de boîte, couple, puissance, angle du volant… Un système audio Focal est disponible en trois versions. Si la connectivité est améliorée, l’usage de la console centrale, lui, reste compliqué car elle est couverte et il manque de petits rangements à l’intérieur. Dommage que la magnifique plaquette d’identification  ne soit pas plus visible. Le coffre avant accueille sans problème deux valises format cabine d’avion tandis que le coffre arrière est plutôt fait pour des sacs souples. Le nouveau pack rangement avec filets derrière les sièges est donc on ne peut plus bienvenu !

4
A l’intérieur, la configuration générale reste identique sur les trois versions. Dans le cas de la GT, la finition fait appel à du cuir brun agrémenté de surpiqures bleues. Au centre du tableau de bord, l’écran tactile est facile à utiliser et sa taille nous a semblé idéale par rapport à la voiture. Les améliorations apportées au système multimédia le remettent à niveau pour 2022.

Noblesse technique

A la différence de sa devancière, dont la carrosserie était réalisée en polyester, celle de l’A110 actuelle est en aluminium. De nombreux éléments comme les trains roulants, les suspensions… utilisent également ce matériau, gage de légèreté. L’A110 applique à la lettre la formule de Colin Chapman, « light is right »- « le poids c’est l’ennemi ». Alpine, c’est un peu le Lotus français… il y a d’ailleurs de nombreux points communs entre les deux marques, tant en sport automobile que du côté des voitures de route. Ici, pas besoin de V8 de 800 ch, de roues de 20’’ (les jantes sont en 17’’ ou 18’’) ou de freins énormes. Pas de suspensions adaptatives complexes, non plus : une efficace double triangulation se retrouve à chaque coin de l’auto. De quoi mieux maitriser les mouvements des roues en toutes circonstances. Un grand coup de chapeau aux ingénieurs d’avoir réussi à intégrer cette solution technique avec un moteur transversal à l’arrière ! La chasse aux kilos superflus n’a rien laissé au hasard, du frein de parking électrique intégré aux étriers arrière du circuit principal ou les sièges Sabelt qui pèsent seulement treize kilos. Certes, le dossier n’est pas réglable mais trouver la bonne position n’est pas un souci, tout comme l’accès à bord, même pour une personne de grande taille. Les trois versions utilisent le même moteur 1800 cm3 équipé d’un turbo, associé à une boîte automatique sept rapports. En version « de base », la puissance atteint 252 chevaux.

5
Suspensions sport, pack aéro en carbone, carénage inférieur optimisé, roues en 18’’ avec pneus Michelin semi-slicks en option… pas de doute l’A110 S est faire pour les sorties sur circuit !

Les versions GT et S disposent, elles, de 300 chevaux. C’est relatif mais la puissance peut sembler « modeste », en regard de certaines concurrentes ou autres berlines, voire SUVs sportifs. Certains diront « c’est une sportive ? Pas de boîte manuelle disponible ? ». L’A110 est équipée d’une boîte Getrag à double embrayage. Soit vous la laisser agir seule, soit vous prenez la main et utilisez les palettes, idéalement situées derrière le volant. L’étagement des rapports nous a semblé judicieux avec des passages en montée ou en descente agréables. Passer les rapports manuellement se révèle plutôt efficace sur route sinueuse.

6
Les baquets Sabelt (ici sur la S) sont légers (13 kg !) et sont un excellent compromis entre maintien du corps et confort. En fonction de la version ou de l’option choisie, le nombre de réglage sera différent. Cependant, même sur l’A110 de base, ils nous ont séduit.

Road trip

Nous démarrons de la concession Renault de Kuurne, en Belgique. Cette première partie est rondement menée au volant de la version de base 252 ch. Une fois hors de l’agglomération lilloise, c’est un parcours de routes secondaires assez roulantes qui nous amène à Bernicourt, dans les Hauts de France. Un tel parcours en A110 est un réel plaisir : entre son poids contenu (1100 kg seulement), la précision de sa direction et les relances du moteur très linéaires, le temps passé derrière le volant n’est que du bonheur. Et c’est là qu’on s’interroge, qu’on se demande vraiment quel est l’intérêt de roues énormes, par exemple. La puissance n’est pas délirante mais l’auto est efficace et saine. L’équilibre entre le châssis, la direction et le moteur semble idéal pour se faire plaisir au quotidien. Etant légère, avec une répartition des masses plus importante sur l’arrière, il peut arriver que le train avant se cherche un peu si le revêtement n’est pas parfait… mais à aucun moment l’auto ne se révèle vicieuse. En mode normal, l’A110 est très docile et plutôt silencieuse. Une simple pression sur le bouton « Sport » du volant révèle un autre caractère, beaucoup plus affirmé et finalement agréable, même si le bruit augmente et que… des pétarades ici et là font un peu « kéké » ! Les réponses de la pédale d’accélérateur, du moteur, de la direction, des lois de passage des rapports sont alors plus franches encore et l’affichage du tableau de bord est spécifique. Finalement, ce moteur est bien agréable en mode « Sport ». L’A110 est encore plus efficace et semble littéralement danser de virage en virage, avec une fluidité parfaite. La suspension, signée Alpine, est digne d’éloges : confortable et parfaitement maintenue, il y a un petit côté Lotus là-dedans, c’est dire! Les roues ne sont qu’en 17’’ mais c’est parfait pour la voiture et les Michelin Pilot Sport 4 lui conviennent parfaitement. Maintenir la pression plus longtemps sur ce bouton « Sport » fait passer les réglages en mode « Track » mais est-ce bien nécessaire sur la route ? Les 252 ch sont bien présents et largement suffisants en toutes circonstances. Le moteur est souple, avec 320 Nm disponible de 2000 à 4800 tr/min. De quoi garantir d’excellentes reprises, un 0 à 100 en seulement 4,5 secondes et 250 km/h en pointe.

7
Esthétiquement très réussie, la console centrale pêche par l’accès au rangement inférieur… qui oblige à des contorsions. Les commandes de la boîte sont bien situées mais il sera encore plus agréable de passer les rapports au moyen des palettes.

Plus de confort…

De Bernicourt à Dieppe, c’est au tour de la version GT de passer entre nos mains. Extérieur en gris tonnerre, intérieur tendu de cuir brun et surpiqûres bleues… l’ambiance fait la part belle au confort. Si la version de base séduira un passionné pur et dur, celle-ci sera plutôt celle qui permettra de convaincre madame que ce n’est pas qu’un jouet : l’A110 se la joue façon luxe. Ici, les sièges se règlent dans tous les sens et il y a même une caméra de recul. C’est la version à choisir pour des voyages au long cours, en couple. Le passager bénéficie d’un repose pieds qui se révèle très agréable lorsque le pilote s’amuse. Ne vous y trompez pas, les 300 chevaux sont bien présents mais ne mettent absolument pas à mal l’équilibre du châssis. Le couple disponible est de 340 Nm entre 2400 et 6000 tr/min, elle passe de 0 à 100 km/h en seulement 4,2 secondes et pèse 1120 kg. La vitesse maximale passe ici à 260 km/h. Ca pousse plus, certes, les reprises sont encore plus rapides mais… elle coûte 10.000 € de plus que la version de base, à 69.650 € TVAC.

8
Le bleu Alpine a toujours la cote mais… pourquoi pas d’autres teintes comme cet orange feu ? La GT se fait souvent plus discrète, en gris.

… Ou plus de sportivité ?

L’A110 S, c’est la version la plus sportive de la gamme. Munie de son pack aéro, elle est vraiment taillée pour les sorties sur circuit. Outre la lame avant et l’aileron à l’arrière, le carénage inférieur est modifié afin de la plaquer au sol. Le « S » à l’arrière et sur les seuils de portes ne laisse planer aucun doute. Le châssis, les freins, l’échappement et les sièges sont typés « Sport ». Les ressorts de suspension, les barres antiroulis (creuses !), les amortisseurs sont spécifiques, tout comme la géométrie des trains roulants. Elle est également plus basse de 4mm et les butées hydrauliques de la direction sont propres à cette version. De quoi allégrement atteindre 275 km/h, grâce à un appui augmenté de 141 kg. Côté performances, elle passe de 0 à 100 km/h en 4,2 secondes et son rapport poids-puissance est de 3,7 kg/ch seulement… et à 1100 kg seulement, son poids reste contenu. Sur route, c’est sans doute la version qui nous a le moins convaincu, le côté « hard core » est amusant en passant mais… au quotidien, pas certain que ça ne devienne pas lassant. Les lignes de l’A110 sont très réussies et n’ont nul besoin d’appendices, tel cet aileron tout droit issu de Fast and Furious. Ensuite, n’est-il pas incongru de lui ajouter du poids ? Une monte pneumatique Michelin Pilot Sport 4S  renforce l’efficacité du comportement mais la différence de prix se justifie-t-elle au quotidien ? (2.000 € de plus que la GT, soit un supplément de…12.000 € par rapport à la version de base, quand même ! ) Elle peut être livrée dans une combinaison deux tons exclusifs, orange feu et pavillon noir. De même, des pneus semi-slicks Michelin PS Cup 2 Connect sont disponibles en option. Sur circuit, nous sommes certains que la S sera encore plus précise et très attachante. Mais est-ce si important ?

9
La S voit son châssis rabaissé de 4mm afin de mieux coller à la route. Le pavillon carbone, disponible en option, permet encore de gagner quelques précieux kilos… au bénéfice du comportement routier et du rapport poids-puissance.

L’A110 démontre qu’il reste possible de se faire vraiment plaisir derrière un volant. Même si les tarifs sont conséquents, elle sait rester raisonnable, tant à l’achat (surtout en version de base), qu’à l’entretien, que lors du remplacement des pneus ou à la pompe. Certes, elle est moins puissante qu’un certain Porsche Cayman mais… son rapport poids/puissance est plus favorable. Les 300 et quelques kilos de différence entre les deux se font évidemment sentir du côté des accélérations de l’Alpine, plus rapide. Légère et agile, elle ne donne pas l’impression de rouler très vite car elle ne force rien et il ne faut pas la cravacher pour qu’elle soit efficace et en faire son alliée sur la route. La version de base est très homogène et c’est la plus légère. Sans doute la version la plus proche de son illustre devancière et celle que nous recommandons ! Certes, la GT est plus luxueuse et la S encore plus typée sport mais la différence de prix est-elle réellement justifiée et… justifiable ? l’A110 de base est aussi économique. Rondement menée, en se faisant plaisir, elle se contente de moins de 8 litres aux 100 km, belle démonstration d’efficacité énergétique.  (Texte : Dimitri Urbain, Photos : Dimitri Urbain et Alpine Cars Presse)

10
Tellement belle et réussie dans sa version de base ! C’est l’A110 que nous recommandons chaleureusement !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s