Essai Citroën AMI: taillée pour la ville

C’est quoi, une « vraie » Citroën ? Il existe une multitude de réponses, bien entendu, mais dans l’ADN de la marque il y a l’ingéniosité, des solutions techniques originales et un côté décalé. L’AMI est donc bien une Citroën, dans la lignée des DS et 2CV.

1
L’AMI ne ressemble à aucune autre… pour un peu, on la croirait sortie directement du film Cars ! Il n’y a plus qu’à lui mettre des faux cils et une bouche.

Quadricycle de ville

Le concept AMI One a été présenté en février 2019. L’AMI est la voiture des grands ados, des jeunes citadins ou… de gens plus âgés et branchés mais dans tous les cas, la ville est son terrain de jeu de prédilection. Elle se faufile, avale le bitume à 30 km/h sans problème et passe partout. Est-ce sa bouille sympathique ? Sa taille ?  Ses formes et ses couleurs ? En tous cas, elle fait un peu figure d’OVNI dans le paysage urbain et ne manque pas d’étonner ! Au cours de notre essai, nous avons eu droit à de nombreux sourires et toujours des regards tantôt intrigués, tantôt amusés mais toujours sympathiques ! Pour l’anecdote, nous avons même été suivis et rattrapés par un utilisateur de scooter qui voulait à tout prix voir l’intérieur de l’AMI.

2
De l’arrière, c’est pareil… ou presque ! les éléments de carrosserie étant symétriques, il n’y a que la forme du toit, spécifique, et les phares ou feux qui permettent de déterminer le sens de déplacement de l’AMI.

Mesurant à peine 2,41m de long pour 1,36 m de large et 1,52 m de haut, elle ne pèse que 482 kg à vide et 562 en ordre de marche. Sa batterie de 5,5 KwH autorise une autonomie de 75 km, à maximum 45 km/h, très largement suffisante pour des déplacements courts. Sur une prise classique 220V, elle est complètement rechargée en 3 heures seulement. Un adaptateur est disponible en option afin de pouvoir la charger via une wallbox ou une borne publique. Pas d’embrayage, la boîte de vitesses se commande via trois boutons (D, N, R) situés sur la gauche, en arrière du siège conducteur (pas toujours des plus logique ni pratique…) Son rayon de braquage réduit (7,2 m seulement) lui permet quasiment de tourner sur elle-même. La direction, tout comme le freinage, se passent d’assistance. Elle est directe et très communicative, pour un peu on lui trouverait un petit côté Lotus ! Le freinage est mixte, disques à l’avant et tambours à l’arrière. Il est progressif et s’avère adéquat pour l’usage de l’AMI. La suspension est plutôt dure (fini les flottements et autres côtés « bateau »…) mais pas inconfortable.

3
100% electric… c’est écrit dessus ! Certes, l’AMI est une citadine, limitée tant par son autonomie que par sa vitesse de pointe (75 km et 45 km/h maximum) mais elle s’acquitte de sa tâche avec brio et fantaisie, accrochant un sourire à son conducteur comme aux passants attirés par son look décalé et ses couleurs.

Minimalisme

L’AMI opère un retour à la simplicité, au dépouillement, en un mot à l’essentiel. Son design original fait la part belle à la symétrie : les portes sont identiques et s’ouvrent dans les deux sens : d’avant en arrière côté conducteur et d’arrière vers l’avant côté passager. Les boucliers avant et arrière sont identiques, tout comme les panneaux latéraux ou encore les vitres latérales. Toute la carrosserie est réalisée en matériaux composites teintés dans la masse. Et ce n’est pas sans rappeler aussi la Th!nk City, voiture norvégienne produite à un peu plus de 2.300 exemplaires entre 2008 et 2011.

4
Cet « airbump » est un rappel d’autres modèles de la marque parmi d’autres. On se prend vite au jeu de découvrir toutes les références à l’histoire et la tradition Citroën !

L’AMI c’est tout à la fois un condensé de l’esprit et de la tradition Citroën, un certain retour à la TPV et la 2CV. Les touches typiquement maison sont, évidemment, très nombreuses : airbumps dans le bas des portières, vitres relevables façon 2CV sur les portières, traverses et soudures apparentes à l’intérieur, le porte sac au tableau de bord… ou encore le set de rangement sur le tableau de bord avec son porte bouteille qui fait penser à un chauffe biberon ou encore sur la droite le rappel de la fameuse brique Lego, les astuces ne manquent pas ! Tout est en plastique, elle snobe le piano black, le faux carbone et c’est tant mieux.

5
L’essentiel et rien d’autre, c’est aussi le cas en matière d’éclairage : indicateurs de direction et deux simples phares circulaires à l’avant.

Ambiance zen…

A l’intérieur, l’impression d’espace est très importante : les passagers sont assis bien en arrière du tableau de bord, le conducteur étant le seul à disposer d’un siège réglable en longueur. Ceux-ci ne sont pas inconfortables mais simples et légers. Et tiens, encore des référence à la Lotus Elise originelle et ses sièges de 2mm d’épaisseur et celui du passager qui est fixe ! Le toit vitré est fixe, malheureusement, mais il contribue également à agrandir la vision ainsi que la perception de l’espace intérieur. L’absence de velum, pour se protéger du soleil, ainsi que d’une bande supérieure teintée au pare-brise rendent les lunettes et/ ou la casquette indispensable sous le soleil ! Par rapport à un Renault Twizzy, l’AMI offre une protection complète aux passagers et une disposition côte à côte plus conviviale que de se retrouver l’un derrière l’autre.

6
Le dépouillement de l’intérieur fait inévitablement penser à la 2CV. Le tableau de bord en est réduit à sa plus simple expression et c’est votre smartphone qui fera le reste : musique, navigation… La sangle orange sert à ouvrir la portière et rappelle une certaine 911 GT3.

Minimaliste, l’AMI l’est également dans son tableau de bord. Outre l’écran affichant le niveau de charge, la vitesse et l’autonomie, nous trouvons une unique commande de soufflerie, une prise USB pour le téléphone et… c’est tout ! Les poignées intérieures sont des morceaux de sangle de volet, ici c’est un clin d’œil à la 911 GT3. Devant le passager, un espace de rangement de 64 litres permet d’emporter quelques courses ou sacs mais ce n’est pas un vrai coffre. La vocation de l’AMI n’est certainement pas de partir en vacances donc ça sera toujours suffisant en ville pour 2 sacs de courses et six bouteilles d’eau ! Un petit espace situé derrière les sièges permet également d’emporter des vestes ou sacs souples.

7
Le pack rangement à l’avant, on adore ! Depuis le porte bouteille qui fait penser à un chauffe biberon jusqu’à l’évocation de la brique LEGO sur la droite, c’est original, fun et avec un côté très « Fischer Price » également.

Une vraie gamme

A voiture originale, approche décalée… Citroën propose quatre packs de base « My Ami », en Blue, Grey, Khaki et Orange. Ceux-ci sont même destinés à être posés par les propriétaires eux-mêmes ! Pour ceux qui s’en souviennent, en 1981, il y a eu une série limitée de 2CV « 007 », à l’occasion de la sortie du film « Rien que pour vos yeux », avec faux impacts de balles autocollants à poser soi-même. Et encore une référence historique en filigrane qui vient renforcer le petit côté « Fischer Price » de l’engin… « My Ami Pop » inclut même un spoiler arrière et « My Ami Vibe » (Miami Vice ?) lui confèrent soit un caractère jeune, sport et fun ou plus chic et graphique. L’Ami se conduit sans permis ou, dès 16 ans, avec un permis A, AM ou B.

8
Devant le passager, ce crochet permet d’éviter qu’un sac à main ne se déplace au gré des mouvements de la voiture. L’un des multiples petits détails qui rendent la vie à bord très agréable.

Annoncée à partir de 7.690 €, l’AMI est disponible dans certaines concessions de la marque ainsi qu’à la Fnac ! Une toute nouvelle approche du marketing qui a même poussé Citroën à créer des tutoriels permettant aux propriétaires de réaliser certaines interventions eux-mêmes, dans la foulée d’un partenariat avec Mister Auto. Ainsi, les propriétaires se sentant une âme de bricoleur peuvent entretenir eux-mêmes leur AMI.

9
Les sièges de l’AMI font inévitablement penser à ceux de la Lotus Elise S1… fins, en matière plastique, et seul celui du conducteur est réglable. Certains trouveront même que le passager situé en arrière du conducteur c’est un clin d’œil aux Citroën de rallye ! Sur la gauche du siège conducteur, les boutons de commande de la boîte de vitesses. L’accessibilité n’est pas toujours aisée mais comme il ne faut pas en jouer en permanence, ça va.

En conclusion, l’AMI est une voiture très fun et honnête, elle ne se la joue pas côté performances et autonomie, elle n’essaye pas de tromper l’acheteur sur ses possibilités réelles. Comme toute vraie Citroën, soit on la trouve craquante soit hideuse mais une chose est sûre, elle ne laisse pas indifférent et, à nos yeux, entre d’emblée dans la légende de la marque. (Texte : Dimitri URBAIN, photos : Pierre FONTIGNIES pour Stellantis Belux)

10
La demi vitre de porte relevable, c’est très 2CV ! Un peu tout ou rien mais tellement typique de la marque.

Une réflexion sur “Essai Citroën AMI: taillée pour la ville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s