Essai : Toyota GR86 : Au bonheur du conducteur

Il paraît qu’aimer les voitures, c’est dépassé et que la conduite dynamique n’est plus adaptée à nos routes. Désormais, on squatte la bande du milieu sur l’autoroute, à 110 km/h, pour éviter d’être flashé mais également de devoir effectuer la moindre manœuvre synonyme de danger lorsqu’on est occupé à envoyer des textos au volant. Alors il faut être inconscient pour proposer un coupé sportif en 2022… ou plus simplement véritablement passionné, comme peut l’être Akio Toyoda, le petit-fils du fondateur de la marque Toyota.

2022_GR86_DPL_DYNAMIC_037

En 2012, la présentation de la GT86 affolait les amateurs de conduite sportive en proposant des lignes classiques de coupé deux portes propulsion. Malgré une puissance un peu faiblarde et une finition en deçà des standards européens, elle rencontrait un joli succès mais il n’était pas question de lui donner une descendance. Et pourtant. L’arrivée d’une GR86 en début de cette année marquait clairement la continuité d’une volonté de proposer, chez Toyota, une vraie gamme sportive et dynamique pour le plus grand plaisir des vrais conducteurs!

2022_GR86_DPL_DYNAMIC_036

J’aime bien

Extérieurement, on comprend rapidement que la base demeure feue la GT86 dont la GR reprend les portes et la petite vitre arrière inchangée. Mais tout le reste est inédit comme la face avant au look plus dynamique grâce à des optiques redessinées et une calandre béante sans oublier les prises d’air latérales et les ouïes d’extraction logées derrière les roues avant. On est moins convaincus par l’arrière fortement marqué par les feux tridimensionnels reliés entre eux par une baguette noire alors que le bouclier est très travaillé.

2022_GR86_DPL_DYNAMIC_014

A l’intérieur, on ne se sent pas trop dépaysé lorsqu’on sort de l’habitacle de la GT86 grâce au petit volant à trois branches repris de la GR Yaris et à la position de conduite parfaite. Le dessin de la console centrale n’a pas gagné en simplicité mais l’écran de l’infodivertissement adopte enfin une taille décente mais ne peut recevoir de GPS. Heureusement, Apple CarPlay et Android Auto sont compatibles!

2022_GR86_DPL_INT_003

Plutôt malin

En retravaillant fortement le petit 4 cylindres Boxer, les ingénieurs japonais ont porté sa cylindrée à 2.387cm³ en lui offrant des bielles plus rigides alors que les chambres de combustion ont été améliorées. Sa puissance passe de 200 à 234 ch, ce qui peut paraître modeste aux yeux des amateurs de lourde cavalerie allemande, mais en faisant grimper le couple à 250 Nm disponibles, non plus à 6.600 trs/min, mais bien 3.700, voilà un coupé japonais complètement revigoré. Les amateurs de haut régime comme votre serviteur, demeurent toutefois pleinement satisfaits et le maniement de la boîte de vitesses manuelle à 6 rapports est un bonheur perpétuel.

2022_GR86_DPL_DET_008

On retrouve très vite le sourire au volant de ce coupé propulsion qui conserve les Michelin Premacy en monte standard mais qui peut se chausser de Pilot Sport4 dans la version « Sport » dont nous disposions pour cet essai. Des gommes plus efficaces qui rendent les décrochages moins progressifs et exigent donc un niveau de compétence au volant qui demande du travail. La direction demeure parfaitement calibrée et l’on passe d’une courbe à l’autre avec bonheur grâce au train avant très précis. Et le moteur à la cylindrée augmentée procure désormais la puissance suffisante pour sortir d’une épingle en jouant du pied droit sur l’accélérateur à une vitesse convaincante.

2022_GR86_DPL_DYNAMIC_029

J’aime moins

Qui dit plus gros moteur, dit consommation en hausse. Durant les 528 km de notre essai, on a signé une moyenne de 11,1 l/100 km alors qu’on se contente de 9,5 l avec la GT86. Sans parler des pneus qu’il faut changer et qui coûteront forcément plus chers. Pour le reste, on connait les défauts inhérents au concept du coupé : places arrière ultra-limitées et volume du coffre minimal!

2022_GR86_DPL_DYNAMIC_011

Pourquoi je l’achète

Si vous aimez vous faire plaisir au volant et que les notions d’appel / contre-appel vous sont familières, n’hésitez pas un seul instant. Cette GR86 est faite pour vous. On peut profiter du plaisir du pilotage sans trop se soucier du budget. Face aux grosses cylindrées allemandes pesant un âne mort et qui perdent toute prestance à la première courbe abordée, la GR86 se la joue ballerine grâce à sa masse contenue de… 1275 kg. Elle donne le sourire en offrant énormément de plaisir au volant et devrait faire partie de la liste d’achat des derniers amoureux du pilotage. Que cela soit pour limer le bitume d’un circuit ou pour faire de grands travers sur une piste de glisse ou encore enrouler les courbes de la province du Luxembourg par un bel après-midi d’automne… Et il y a même un vrai frein à main pour aller s’amuser l’hiver, sur le neige mais chut, ne le dites pas trop fort!

2022_GR86_DPL_DYNAMIC_018

Pourquoi je ne l’achète pas

Tout simplement parce qu’elle n’est plus dans nos moyens. A l’époque, lorsque nous avons craqué pour la GT86, on a réussi à signer un bon de commande de 30.000€ tvac. Aujourd’hui, la nouvelle GR86 est affichée à 34.600€ voire 37.030€ pour la version Sport (Sièges en cuir chauffants, avertisseur d’angle mort, éclairage adaptatif ou encore capteurs de stationnement avant). Et il vous faudra débourser 5000€ de TMC en Wallonie contre 2500 pour sa devancière. Enfin, la consommation sera fatalement plus importante et le prix des pneus plus élevé. Bref, si elle a progressé sur de nombreux points, elle a malheureusement fait gonfler l’addition finale…

2022_GR86_DPL_STATIC_001

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s