Alpina fait désormais partie de BMW Group ! par Paul-Edouard Urbain

Vu de l’extérieur, on pourrait se dire qu’Alpina est à BMW ce qu’AMG est à Mercedes, ou encore, quelque part, un peu ce qu’est Abarth pour FIAT. Néanmoins, Alpina ajoute une dimension confortable et luxueuse à l’amélioration des performances qui n’est pas présente chez ses homologues.

1

Alors qu’il est encore étudiant en ingénierie, Burkard Bovensiepen développe une tubulure d’admission équipée de deux carburateurs Weber pour la BMW 1500. Le travail est d’un très haut niveau de qualité et Munich donne son accord pour la commercialiser. La société Alpina voit le jour le 1er janvier 1965 et s’installe… dans un coin de l’usine de machines à écrire familiale située à Kaufbeuren, en Bavière. Trois ans plus tard, Alpina se lance dans la compétition. Rapidement, les victoires en tourisme, courses de côte ou aux 24H de Francorchamps assurent la renommée de la marque. Les voitures sont confiées aux plus grands pilotes de l’époque, dont un certain Jacky Ickx.

2
Celle avec qui tout a commencé… la « Neue Klasse » de Munich, transfigurée par Burkart Bovensiepen et sa fameuse tubulure d’admission à deux carburateurs Weber. Un travail de haute qualité validé par BMW.

En 1970, le préparateur s’installe dans des locaux plus adaptés et surtout plus grands, à Buchloe, où il se trouve toujours de nos jours. Alpina se lance dans la transformation des BMW de route dès 1978. En 1979, Burkart Bovensiepen développe un nouveau commerce d’importation de vins, aux côtés des activités automobiles. Quatre ans plus tard, en 1983, le ministère des transports allemand reconnaît Alpina en tant que constructeur à part entière, c’est la consécration.  Aujourd’hui, la société emploie environ 300 personnes et a produit 2000 voitures en 2021. Outre l’Allemagne et l’Europe, les marchés les plus importants sont les USA et le Japon.

3
De quoi bien affûter une 2002, moteur, châssis, freinage… rien n’est laissé au hasard.

Dans l’ombre du grand frère…

Depuis 55 ans la marque vit dans l’ombre du grand frère munichois. Et se doit de suivre les orientations du constructeur, qu’il s’agisse de SUVs ou… de véhicules électriques. L’assemblage des voitures s’effectue d’ailleurs sur les lignes de production BMW mais… aux standards Alpina. Au fil du temps, la marque a comblé des manques dans la gamme de Munich. Pas de M3 ou M5 Touring au catalogue ? Qu’importe, Alpina s’occupe de ces niches. Une Alpina, ce n’est pas comme une AMG préparée par Brabus… c’est une version plus raffinée, plus confortable et plus exclusive. Alpina est un constructeur sans bureau de design : c’est inutile, les bases sont toutes des BMW. Au fil du temps, la formule Alpina n’a pas vraiment varié mais s’est bonifiée, à l’image du vin : les jantes façon turbine ont bien grandi en taille, certes… mais sont toujours reconnaissables d’emblée. Les pares- chocs sont toujours plus aérodynamiques mais tout en subtilité. Et les teintes emblématiques de la marque, le bleu et le vert métallisés sont toujours bien disponibles. Dans les années 70 les voitures étaient également ornées de bandes dans des couleurs contrastantes.

4
Alpina s’illustre en compétition, aux mains des plus grands pilotes du début des années 70 : Lauda, Hunt, Ickx…

Aujourd’hui, même si elles sont toujours disponibles, les Alpina se font beaucoup plus discrètes. A l’intérieur c’est le raffinement et les matières de haute qualité qui s’imposent. Et la marque se distingue encore par sa boîte automatique avec mode « Confort + », qui n’est pas disponible ailleurs. Nous pourrions un peu les considérer comme des versions « Individual », typées confort, tout en étant plus performantes que les versions M, sportives pures et dures. La B5 est plus performante que la M5 mais son comportement routier, plus typé confort, renforce son efficacité et son agrément au quotidien. Tout ce que fait Alpina est validé par BMW, même si la marque a toujours été libre de ses choix techniques. De plus, Alpina travaille en sous-traitance pour BMW : moteurs, suspensions… les éléments développés chez Alpina pour les productions BMW de série sont innombrables.

5
Archétype du coupé grand tourisme performant, efficace et confortable… Alpina n’utilise que des bases BMW et en fait des montures aux performances redoutables tout en améliorant le confort des passagers, à la différence de nombreux préparateurs qui ne parviennent pas à conserver les qualités d’origine de la voiture. Ici, elles sont améliorées !

Alpina demain

Petit constructeur, Alpina doit faire face à la transition voulue par les autorités vers la mobilité électrique. Sans oublier les réglementations toujours plus draconiennes et contraignantes en matière d’émissions polluantes, de la complexité toujours plus grande pour la validation de logiciels embarqués ou encore de nouvelles exigences en matière d’assistances à la conduite. C’est dans ce contexte que le dernier accord de collaboration avec BMW, signé en 2020 pour une durée de cinq ans, ne sera pas reconduit. La reprise d’Alpina par BMW va entrainer des changements à Buchloe. BMW s’est engagé à continuer à employer les membres du personnel d’Alpina pour qui il n’y aura plus de travail à l’usine après 2025. Burkard Bovensiepen s’est un peu mis en retrait depuis 2020 (à plus de 80 ans !) et a passé la main à ses fils Florian et Andreas. Le premier est le financier de la société tandis que le second s’occupe plus du côté produit. Andreas a commencé sa carrière d’ingénieur chez BMW, en travaillant sur les châssis, avant d’être en charge du projet Z8 puis de rejoindre Alpina.

6
BMW n’offre pas de break M5… qu’à cela ne tienne, Alpina s’en occupe. Le B5 Touring est sans doute l’une des voitures les plus efficaces et les plus polyvalentes de toute la production actuelle.

La famille Bovensiepen ne quittera pas pour autant le monde de l’automobile : elle veut continuer à développer des solutions de mobilités différentes. Les activités de construction automobile vont évoluer en services d’ingénierie, à destination d’autres constructeurs que ceux de BMW Group. En parallèle, la société va mettre en place un service d’achat, de vente et de restauration d’Alpina classiques ainsi que des refabrications de pièces. De son côté, Alpina Wein GmbH + Co. KG. continue ses activités de manière inchangée. Faut-il craindre une perte de l’exclusivité de la marque après 2025? Le V8, symbole de la marque, pourrait-il être mis en conformité et passer les futures normes d’émissions ? Les budgets à y consacrer seraient évidemment très élevés, surtout en regard de la production… Espérons que BMW considère Alpina comme un bijou précieux. Et que, dans quelques années, nous ne croiserons pas des BMW électriques « Alpina line » ou « Pack Alpina » à tous les coins de rue, un peu à l’image des série 1 « pack M » ! (Texte : Paul-Edouard Urbain)

P90388938_highRes_2021-bmw-alpina-xb7
Les puristes regretteront de voir ce genre de pachyderme badgé Alpina mais la petite marque est bien obligée de s’adapter à la gamme actuelle de BMW…

Une réflexion sur “Alpina fait désormais partie de BMW Group ! par Paul-Edouard Urbain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s