Essai: Abarth 595C Competizione: tant qu’il en existera…

1

Sous cette robe bleu mat chargée de rappeler les grandes heures de Fiat en rallye dans les années 70, l’Abarth 595C Competizione se révèle une nouvelle fois joueuse et toujours prête à pousser une gueulante. En actionnant le bouton du scorpion, c’est une véritable tempête qui se déchaîne avec les 180 ch du petit 1.4 T-jet totalement libérés. Il s’agit alors de bien tenir le volant…

2

Ses roues en alliage noir de 17 pouces sont proposées d’office avec le Pack performance qui comprend également le montage du différentiel mécanique à glissement limité. Dans ce cas, les disque de frein avant perforés et ventilés (305×28 mm) sont mordus par des étriers avant fixes à 4 pistons peints en jaune et signés Brembo. Enfin, les amortisseurs avant et arrière sont fournis par Koni et possèdent une valve FSD. N’oublions pas l’échappement spécifique à 4 sorties appelé Monza sans qui l’ambiance serait toute autre.

3

J’aime bien

Dans un habitacle qui n’a guère évolué depuis 2007 et le lancement de la nuova Cinquecento, on découvre des touches d’alcantara qui apportent une petite dose d’exclusivité à l’ensemble sans oublier un volant recouvert de cuir et d’alcantara, que nous aurions inversés pour mettre ce dernier à l’endroit où nos mains se posent, avec des touches de carbone qui lui vont bien. Enfin, il y a cette boule de levier de vitesses que l’on ne retrouve dans aucune autre sportive et qui nous rappelle inévitablement les Honda de la grande époque V-Tec.

4

Plutôt malin

Si la sonorité a été muselée par les normes européennes toujours plus strictes, l’Abarth 595C Competizione conserve une certaine musicalité dont on profite encore mieux en décapotant lorsque la météo belge le permet. On appuye sur le bouton magique et là, on a du travail au volant. Tout ce qu’on aime. Bien loin des pseudo-sportives aseptisées dont on nous gave à longueur de temps. Dans le petit pot de yaourt, il s’agit d’être concentré et appliqué lorsqu’on s’offre un moment de pilotage. Son train avant est rapidement saturé lorsque la puissance déboule sans ménagement et cela sautille allégrement sur les routes bosselées de notre petit pays. Autant dire qu’il faut anticiper et bien connaître la route si l’on ne veut pas se retrouver à gauche de la route en sortie de virage sur une mauvaise compression. On vous avouera que tout cela nous plait mais qu’il vaut mieux être un conducteur expérimenté si l’on veut parfaitement maîtriser ce scorpion.

5

J’aime moins

Si les baquets Sabelt participent à l’ambiance compétition de cette petite boule de nerf, ils aggravent malheureusement le sentiment d’être mal installé à bord. Trop haut, ils ne sont réglables qu’en longueur. Il faut donc jouer sur l’inclinaison du dossier pour ne pas toucher le plafond ce qui nous oblige à conduire ″couché″ ce qui n’est absolument pas dans nos habitudes. La qualité des plastiques des contre-portes et du tableau de bord n’est pas exempte de défauts au même titre que les lève-vitres placés au centre du tableau de bord, là où ne les cherche jamais!

6

Pourquoi je l’achète

A l’heure où la moindre glissade d’une voiture est synonyme d’accident dans l’esprit collectif, on se réjouit de pouvoir encore trouver sur le marché quelques pépites conservant du caractère. Alors certes, pour profiter pleinement des capacités de cette 595 Competizione, il faudra être totalement concentré mais on adore son mauvais caractère et son train avant désordonné. Cela procure une certaine fierté et le sentiment d’avoir été utile derrière le volant. A l’opposé de toutes ces voitures dont les systèmes embarqués gèrent tout à votre place. En parlant de systèmes embarqués, notons qu’elle reçoit l’écran d’infodivertissement de 7 pouces de série, compatible avec Android Auto et Apple CarPlay. Les geekes apprécieront. Les autres, comme nous, s’en moqueront…

7

Pourquoi je ne l’achète pas

Si, à l’image de trop nombreux automobilistes, vous vous êtes laissé corrompre par toutes ces aides à la conduite et effectuez la majeure partie de vos trajets accrochés à votre smartphone, cette Abarth n’est pas pour vous. Vous n’y trouverez pas d’assistant de trajectoire ou de détecteur d’angle mort pour vous alerter avec des signaux lumineux et sonores. Il n’y a pas non plus de régulateur de vitesse. En fait, on a juste trouvé des capteurs de lumière et de pluie mais également des aides au stationnement en marche arrière mais en échange de 350 €! Son prix? 26.990€ mais les promotions sont fréquentes chez Abarth. Dernier conseil: oubliez aussi toute notion de confort, elle est plus que relative à bord… (Photos: Pierre Fontignies)

8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s