Radford et Lotus, un nouveau partenariat

bentley-1620828894147-1523
Dès la fin des années 40, Radford propose à une clientèle aisée de transformer des berliens Bentley en… mini-SUV ou break bois afin de s’adapter à un usage plus rural.

Si Lotus est bien connu, Radford l’est sans doute beaucoup moins… Dans les années 30, Harold Radford & Co est concessionnaire Rolls-Royce et Bentley à South Kensington, l’un des quartiers les plus chics de Londres.

3
Le succès de Radford viendra avec la Mini, transformée en voiture de luxe pour la ville… De nombreuses vedettes succomberont à ses charmes, comme Peter Sellers.

Limousines pour aventuriers

En 1948, une division carrosserie est adjointe à la société, afin de proposer des transformations à une clientèle exclusive. La Bentley Countryman est une espèce de SUV de l’époque, qui permet à une clientèle provinciale de rouler dans une voiture statutaire mais adaptée à un usage plus rural.

5def3b1e074c745a19768a91c9e2dca7
Parmi les transformations les plus prisées, le hayon arrière, qui rend la Mini bien plus pratique !

Hayon arrière, capacité du coffre augmentée, sièges « couchette » permettant de les transformer en lit, tablettes dans les dossiers des sièges avant ou accoudoirs arrières transformables en bar à cocktail sont au programme. Sans parler du rasoir électrique, d’une alimentation en eau chaude et froide, d’une glacière ou encore d’une… bouilloire pour le thé !

5
A l’intérieur, cuir et moquette de grande qualité, instrumentation revue… de quoi se sentir au volant d’une Aston plutôt qu’une Mini !

La révolution Mini

Présentée en 1959, la Mini rencontre un grand succès en Grande Bretagne. Première voiture neuve pour beaucoup, seconde voiture de madame pour une clientèle plus aisée, en 1963, Radford a une idée de génie : en dériver une version luxueuse, baptisée « Mini de Ville ». Voilà probablement l’origine du Premium dans la catégorie des petites voitures, l’ancêtre de l’Aston Cygnet en quelque sorte.

aston_martin_db5_1965_images_1
L’un des six breaks de chasse Radford sur base d’Aston Martin DB5. Ou comment transformer un des plus beaux coupés en break élégant et pratique !

Au programme : peinture unique, mono ou deux tons, calandre spécifique intégrant des phares antibrouillard, jantes alliage, insonorisation améliorée, vitres électriques (coulissantes à cette époque !), toit ouvrant, intérieur en cuir et moquette épaisse, une instrumentation archi-complète, un volant bois anti-transpiration (sic), une radio avec deux haut-parleurs ainsi qu’un ventilateur permettant de désembuer la vitre arrière. Une bonne soixantaine d’options spécifiques sont disponibles. De nombreux clients les font peindre aux mêmes couleurs que leurs Rolls ou Bentley et les offrent à leur épouse (ou maîtresse ! ). Parmi la clientèle figure aussi toute une série de riches playboys et de vedettes, comme Peter Sellers ou Paul Mc Cartney. En parallèle, Radford travaille également pour Aston Martin et développe six sublimes breaks de chasse sur base DB5. Passé dans le groupe H.R. Owen, le nom disparaît peu à peu au début des années 70.

7
La mythique Lotus 62, basée sur l’Europe, devrait inspirer cette première réalisation signant le retour de Radford, associé à Lotus.

La renaissance

Très récemment, le nom a été racheté et relancé par Jenson Button, le designer automobile Mark Stubbs, le présentateur de télévision Ant Anstead et un avocat d’affaires, Roger Behle. Une première voiture va être commercialisée sous la marque dès cette année, basée sur la « technologie Lotus ».

Radford.LefttorightMarkStubbsAntAnsteadRogerBehleJensonButton
Ces quatre garçons dans le vent sont à l’origine de la renaissance de ce label anglais. A l’extrême droite, on reconnaîtra l’ex-pilote de F1, Jenson Button.

Un partenariat avec Lotus Engineering a été signé il y a quelques jours. Nées la même année, les deux marques possèdent une image très britannique… Pour Mark Stubbs, la première Radford moderne sera complètement neuve et unique, une évocation de la mythique Lotus 62. La carrosserie sera élégante et aérodynamique, l’intérieur très luxueux et confortable tandis que le plaisir de conduire sera également bien présent. Jenson Button, affirme que « l’expérience de conduite sera très pure, très Lotus mais avec tout le raffinement de Radford ». Nous ne manquerons pas de vous parler de ce nouveau projet dès que nous aurons plus d’informations.

SilhouetteLotus (1)
A ce stade, la Radford Lotus se contente de faire du teasing et rêver les amateurs potentiels !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s