Essai: Toyota C-HR 2.0 Hybrid: poumons upgradés

2020-toyota-c-hr-dyn-08-663051

Lancé fin 2016 avec la mécanique hybride de la Prius et de la Corolla (1.8 de 122 ch) sous son capot, le C-HR s’est offert, en début d’année, un plus gros moteur soit le 2.0 hybride fort de 184 ch que l’on retrouve également sur la Corolla. Dans la foulée, quelques retouches stylistiques l’accompagnent au niveau des boucliers avant et arrière. De nouvelles teintes de carrosserie et des jantes inédites finissent de lui donner un joli coup de jeune.

2020-toyota-c-hr-dyn-13-153935

Dans l’habitacle, les nouveautés sont nettement plus limitées puisqu’elles se concentrent sur la compatibilité du système d’info-divertissement avec Android Auto et Apple CarPlay, laissant la possibilité d’utiliser une application tierce comme Google Maps ou Waze pour un meilleur guidage. Ce qui n’est pas du luxe au vu de la qualité du système de navigation au look daté et à la rapidité discutable. Autre grief, on n’a dénombré qu’une seule prise USB dans l’habitacle ce qui paraît particulièrement pingre au vu de ce que propose la concurrence.

2020-toyota-c-hr-int-06-652366

J’aime bien

L’arrivée de ce moteur plus puissant change la vie à bord du C-HR. Avec 184 ch, il est capable de passer de 0 à 100 km/h en seulement 8″2, contre 11″ pour la plus modeste version 122 ch. Comme toutes les hybrides de la marque japonaise, le SUV compact utilise un train épicycloïdal pour coordonner les blocs thermique et électrique en faisant office de transmission. Cette solution induit un effet CVT avec un emballement du moteur qui se cale sur un régime élevé pendant tout le temps de l’accélération, ce qui engendre des bruits de moteurs importants. Mais comme le 2.0 dispose de plus de couple que le 1.8 de la version 122 ch, il faut moins monter dans les tours pour accélérer suffisamment lorsque c’est nécessaire. Dans une majorité de cas, le 2.0 se montre donc moins bruyant que le 1.8 tout en offrant de meilleures performances, ce qui est plutôt appréciable.

2020-toyota-c-hr-int-01-928552Plutôt malin

Comme toujours chez Toyota, la qualité des matériaux est soignée dans l’habitacle et la positon de conduite est plutôt bonne. Le volant à trois branches est agréable à manipuler et les lignes originales de la planche de bord s’accordent à merveille avec son design particulier qui semble plaire si l’on en croit le nombre d’exemplaires croisés sur nos routes. Ce SUV de taille moyenne a parfaitement répondu à cette mode en prenant pas mal de ventes aux berlines traditionnelles. Trois finitions sont au programme de l’importateur belge: C-Enter, C-Lub et C-Hic avec les peintures bi-ton en sus. Le haut de gamme est disponible à 31.620€.

2020-toyota-c-hr-dyn-25-500596

J’aime moins

L’habitabilité du C-HR n’est pas son point fort alors qu’il se révèle 23 cm plus long qu’un VW T-Roc pour ne citer que celui-là. A l’arrière, l’espace au jambe est compté si le siège avant est un peu trop reculé, et les toutes petites vitres induisent un sentiment de confinement pas très agréable. Le coffre est assez petit, surtout avec le moteur 2.0 qui réduit encore de 19 litres la capacité d’emport (358 l) dû à la batterie 12V qui migre de la baie moteur vers le plancher de coffre.

2020-toyota-c-hr-dyn-21-724786

Pourquoi je l’achète

Grâce à des amortisseurs tarés plus fermement qu’auparavant, le nouveau C-HR se montre davantage enclin à se laisser bousculer mais le mot sportivité est toujours banni de son vocabulaire. La précision de conduite est réelle et le C-HR s’affaisse peu sur ses appuis sur les lacets des petites route ou les longues courbes d’autoroute, alors que sa suspension encaisse mieux les aspérités de la chaussée. En ville, son supplément de fermeté enlève du confort mais on ne peut pas tout avoir. En jouant davantage la carte du bon père de famille, il est possible de rester dans la fourchette des 6,5 l/100 km en moyenne des consommations. Lors d’un trajet encore plus tranquille, j’ai réussi à descendre à 5,4 l!

2020-toyota-c-hr-dyn-24-447316

Pourquoi je ne l’achète pas

Davantage destiné à un couple sans enfant qu’à une famille nombreuse, le C-HR restylé doit composer avec une fonctionnalité limitée par la taille du coffre et des places arrière peu accueillantes. Il faut également toujours composer avec sa transmission de type CVT peu agréable et son système d’info-divertissement manquant de modernité. Sans oublier une fiscalité désavantageuse en Wallonie…

2020-toyota-c-hr-stat-35-968057

BRC: South Belgian Rally: Un plateau impérial pour une première!

Les Hyundai i20 Coupé WRC de Tanak et Breen devraient animer la tête de la course!

Plus que quelques jours avant le coup d’envoi de la première édition du South Belgian Rally, nouvelle épreuve créée par DG Sport, qui a d’emblée trouvé place au programme du Championnat de Belgique des Rallyes. Un positionnement idéal au calendrier et la perspective d’affronter le chrono sur 150 kilomètres à l’occasion de trois boucles de quatre spéciales tracées dans la superbe région de Vresse-sur-Semois n’ont pas laissé grand-monde indifférent. Ce qui se traduit par une liste d’engagés tout simplement magique.

Dans le second peloton, celui des R5, les habitués du Championnat de Belgique ne vont rien lâcher.

L’info majeure de ces dernières heures a bien évidemment été l’annonce par Hyundai Motorsport de la présence du Champion du Monde en titre, l’Estonien Ott Tänak, en plus de l’Irlandais Craig Breen! Aux commandes de leurs habituelles Hyundai i20 Coupé WRC, les gaillards seront avant tout présents pour préparer le Ypres Rally Belgium. Spectacle assuré, bras de fer impressionnant en vue, et pour le public, une occasion unique de voir en action ces stars du Mondial!

Sébastien Bedoret va une nouvelle fois découvrir un terrain 100% inconnu mais d’autres concurrents seront logés à la même enseigne.

S’il ne fait guère de doute que Tänak et Breen monopoliseront le haut du classement avec des bolides d’un genre différent, le combat entre les animateurs du Championnat de Belgique promet d’être somptueux, le tout sur un parcours que tous vont apprécier.
Sont en effet sur les starting-blocks Adrian Fernémont (Skoda Fabia R5), Sébastien Bedoret (Skoda Fabia R5), Kris Princen (Citroën C3 R5), Guillaume de Mévius (Citroën C3 R5), Cédric Cherain (Citroën C3 R5), Ghislain de Mévius (Skoda Fabia R5), Grégoire Munster (Hyundai i20 R5), Cédric De Cecco (Skoda Fabia R5), le Français Sylvain Michel (avec Lara Vanneste dans le baquet de droite, Skoda Fabia R5), Niels Reynvoet (Skoda Fabia R5, révélation du récent Aarova Rally), Maxime Potty (Skoda Fabia R5), Henri Schmelcher (VW Polo GTI R5), Bernd Casier (Ford Fiesta R5 MK2), Gino Bux (Skoda Fabia R5), Harry Bouillon (Ford Fiesta R5) et Bastien Rouard (Skoda Fabia R5). Une liste de favoris et gros outsiders encore complétée par le Russe Nikolay Gryazin, qui déboule lui aussi de la compétition mondiale avec une Hyundai i20 R5 officielle! Où pourra-t-il se situer face à la crème du rallye belge? Premiers éléments de réponse dès samedi matin.

Dans la catégorie R5, nous découvrirons des « étrangers » tels que Ostberg ou Gryazin venus, eux aussi, s’entraîner en vue du Rallye d’Ypres…

Vous en voulez encore? Ce lundi, on a enregistré l’engagement de Mads Østberg avec la Citroen C3 R5 qu’il utilise lui aussi en Championnat du Monde! Le Norvégien tentera, à l’instar de Gryazin, de bousculer les valeurs belges établies à matériel égal. Magique…
Les inconditionnels de spectacle et de flat six seront ravis d’apprendre que Romain Delhez et Francis Lejeune en découdront avec deux autres Porsche GT3, celle de Glenn Janssens, qui pourra compter sur la présence d’un certain Stéphane Prévot à ses côtés, mais aussi celle de Gunther Monnens! Quant aux Mitsubishi Lancer EvoX d’Olivier Collard, Jean-Philippe Radoux et Pierre Hubin, gageons qu’elles pourraient exercer une certaine pression sur l’une ou l’autre ‘R5’ du groupe de tête en cette période automnale. (Communiqué de presse)

Rallye du Mont-Blanc: Bux is back… et ça nous fait tellement plaisir

f64a8b8d-21cd-49af-abe0-f7054a76be72
On a retrouvé un excellent Gino Bux sur les routes du Rallye du Mont-Blanc.

Il a véritablement éclaboussé de son talent cette première manche de la Peugeot 208 Cup française, disputée dans le cadre magique des routes enchanteresses des alentours de Morzine. Lui, c’est Gino Bux, ce tout frais trentenaire qui a retrouvé une nouvelle jeunesse en faisant la connaissance de Steven Spittaels qui prend son pied en le copilotant depuis les Legend Boucles 2018.

image0
Un pilote qui s’amuse au volant est souvent synonyme de performance en rallye.

Un peu plus de cinq ans après sa violente mise à pied des rangs du RACB Junior Team, Gino Bux a retrouvé le volant d’une voiture de rallye moderne. Un projet qui n’est pas né par hasard.

«Depuis plusieurs mois, Steven envisageait sérieusement l’achat d’une voiture moderne, nous précise Gino joint ce jour au téléphone. Après une saison 2019 assez décevante en termes de fiabilité avec l’Escort, nous avions de plus en plus envie de miser sur une jeunette et oublier quelque peu la grand-mère. On a d’abord envisagé l’achat d’une Abarth R-GT pour garder le plaisir de la propulsion et puis Peugeot a annoncé l’arrivée de sa nouvelle 208 Rally4 et là, on s’est dit qu’il y avait sûrement quelque chose à tenter. Parce qu’au-delà d’une voiture visiblement bien née et facile à prendre en main, il y avait le calendrier du Volant Peugeot en France qui nous donnait vraiment l’envie de quitter la Belgique pour découvrir de nouveaux horizons.»

RALLYE MONT-BLANC 2020
Le premier jour, Gino a signé six fois le deuxième meilleur chrono sur un terrain qu’il découvrait.

Des belles épreuves au calendrier mais également des primes qui ne sont pas à négliger dans le portefeuille d’un équipage 100% amateur…

«En effet, il est tout à fait possible de se constituer un petit matelas à condition de signer des résultats évidemment. Comme je viens de le faire au rallye du Mont-Blanc qui m’a véritablement procuré un plaisir indescriptible. J’ai véritablement passer un week-end parfait et cela s’est vu, je pense, avec le large sourire que je n’ai cessé d’afficher. Le premier jour, on a attaqué en signant six fois le deuxième temps parmi quinze concurrents! Cherain nous a juste devancé dans la dernière de cette première étape. Et dès le lendemain, nous avions décidé d’en garder sous le pied. D’autant qu’on en a collé dix dès la première ES à Cédric. Mais quel décor, quelles routes, quelle ambiance! Cela n’a rien à avoir avec les rallyes belges. Et j’ai véritablement retrouvé des sensations qui me manquaient.»

Grâce à son excellente prise de notes, l’équipage Bux/Spittaels peut immédiatement attaquer!

Etonnamment, Gino n’a pas réellement amélioré ses chronos lors des seconds passages mais il y a une explication pertinente à cela.

«En effet, mais en fait, je n’avais pas le choix. Ne connaissant pas les spéciales, j’ai dû faire directement confiance aux notes et dans ces cas-là, on voit vite si elles sont bonnes. Après deux passages en reconnaissance et quelques visions de caméra embarquée pour contrôler deux-trois notes, j’ai pu constater que ma prise de notes est bonne. J’ai pu directement signer des chronos au premier passage. Mais ce n’est pas comme en Belgique où tu peux apporter des corrections pour gagner 10″, là-bas, cela tourne tout le temps et les routes se dégradaient assez bien entre deux passages. Et puis comme je l’ai dit plus haut, avec l’avantage que j’avais sur Cédric, j’avais choisi de ne plus attaquer à outrance. Je me suis juste encore lâché dans une ES où j’ai laissé 4″ au norvégien Furuseth qui connait très bien l’auto.»

04718c49-4b3a-4c4b-b1f4-047f6e887348
Deuxième du Volant Peugeot pour sa découverte de l’épreuve, Gino Bux a signé une réelle performance du côté de Morzine.

Second du Volant Peugeot à l’arrivée, Bux n’a rien pu faire face au local Mathieu Franceschi, un pilote Peugeot Sport qui avait déjà trois rallyes dans les jambes cette année et qui avait disputé 14 (!) rallyes français en 2019. Excusez du peu.

«On ne joue clairement pas dans la même catégorie et je n’ai jamais eu la prétention d’aller le chercher. En revanche, je ne suis pas peu fier d’avoir devancé un ex-champion de Belgique qui découvrait comme moi l’épreuve et la voiture. Pour revenir sur cette 208 Rally4, c’est une vraie réussite. Le châssis est facile, le train avant incisif, on y découvre une nouvelle fois tout le savoir-faire de Peugeot Sport en la matière. Elle est prévenante et son freinage est parfait. Mais, comme toujours avec une voiture facile, c’est toujours délicat d’en exploiter tout le potentiel. J’ai également été épaté par la vigueur de ce petit 1.2 3 cylindres qui pousse tout le temps. C’est aussi bon qu’une DS3 R3. ET puis ce qui n’est pas pour nous déplaire, à Steven et à moi, c’est qu’elle se montre particulièrement fiable. Sur tous les participants au Mont-Blanc, seuls des sorties de route ont causé des abandons dans le peloton des Lionnes. On sent qu’il y a eu beaucoup de travail de développement en amont.»

89fa1fe7-906a-4065-9e66-429516a63f9d
On devrait retrouver Gino en championnat de France à plusieurs reprises cette saison.

Si l’auto pilotée ce week-end par Gino Bux était prêtée par Peugeot Sport, la nouvelle monture sera livrée dans les ateliers de Caren Burton, fidèle préparateur de l’équipage.

«En effet, on garde toute notre confiance dans le Burton Racing pour le bichonnage de notre future 208 Rally. Une voiture que j’espère retrouver au Terre des Cardabelles à Millau le week-end des 10 & 11 octobre. Je pars avec une expérience nulle et l’on sait que les pilotes français connaissent par cœur mais je garde mon esprit d’amateur éclairé qui est présent avant tout pour se faire plaisir et donner du plaisir à mon copilote sans prendre des risques inutiles. Sur la terre, on a droit à un seul passage en reconnaissance mais j’ai pleinement confiance en mes notes. On croise les doigts pour afficher le même sourire là-bas!»

Photos: Aurelien Petitnicolas, DPPI et Peugeot Sport

Le décor du rallye du Mont-Blanc est tout simplement exceptionnel!

BRC: une nouvelle épreuve à Vresse-sur Semois grâce à DG Sport!

Avec l’annonce de l’annulation de plusieurs épreuves entrant en ligne de compte pour le Championnat de Belgique des Rallyes, et afin de permettre à cette compétition d’avoir suffisamment de manches pour attribuer le titre national, DG Sport a décidé d’avancer son projet d’organisation d’un rallye automobile dans la superbe région ardennaise qu’est celle de la Semois!

Ghislain de Mévius est le dernier vainqueur du Rallye de la Semois. Il partira donc en favori de l’épreuve mise sur pied désormais par DG Sport.

«Cela fait plus d’un an que nous réfléchissons à l’opportunité d’organiser une épreuve de type rallye dans cette magnifique région de l’Ardenne belge, commente, enthousiaste, Christian Jupsin, CEO de DG Sport. Les événements liés au Covid-19 nous ont motivés et incités à accélérer le processus. Je suis d’ores et déjà certain que les rallymen seront conquis par un tracé à couper le souffle, et que dès cette première édition, nous serons en mesure de proposer une organisation impeccable. Je tiens particulièrement à remercier Arnaud Allard, le dynamique Bourgmestre de Vresse-sur-Semois, qui s’est directement montré partant pour relever ce défi avec nous, et qui a chapeauté les contacts avec les communes voisines. Merci aux communes de Bièvre et Gedinne pour leur accord de principe, merci aussi à la province de Namur pour sa réactivité. Signalons que Promo Racing, organisateur du Rallye de la Semois, apportera son soutien pour que cette première édition du South Belgian Rally à Vresse-sur-Semois connaisse un vif succès.»

Grâce à DG Sport, le championnat de Belgique des Rallyes 2020 comptera suffisament d’épreuves.

Le South Belgian Rally à Vresse-sur-Semois reposera sur un parcours composé de quatre spéciales à parcourir à trois reprises. Comme c’est le cas pour le Spa Rally, Bernard Herman et Florian Jupsin seront à la manœuvre… «Nous sommes déjà bien avancés dans la préparation du parcours, et je dois dire que je suis particulièrement excité au vu des nombreuses opportunités offertes par cette superbe région », avoue Florian Jupsin. « Quel plaisir de pouvoir tracer des spéciales avec aussi peu de contraintes liées aux riverains, que nous voulons bien sûr impacter le moins possible», enchaîne Bernard Herman.

Le terrain le long de la Semois devrait offrir un spectacle à nul autre pareil!

Comme le souligne Christian Jupsin, une telle organisation est inimaginable sans le soutien des autorités communales. Ce que confirme Arnaud Allard, Bourgmestre de Vresse-sur-Semois: «Je suis particulièrement heureux d’accueillir sur le territoire de notre commune une épreuve qui entrera d’emblée en ligne de compte pour le Championnat de Belgique des Rallyes. Et qui donnera surtout à notre région une belle visibilité. Je connais la réputation de cette structure professionnelle qu’est DG Sport, et je suis certain qu’un magnifique événement sera mis en place le samedi 24 octobre. Cette manifestation ne manquera pas d’attirer de nombreux visiteurs durant une arrière-saison habituellement creuse, ce qui constitue une aubaine en cette année compliquée pour le secteur Horeca. Nous serons évidemment très attentifs à l’évolution de la situation liée à la pandémie de Covid-19, et toutes les mesures adéquates seront prises afin que cet événement se déroule en totale sécurité, dans le respect des prescriptions en vigueur. Rappelons aussi qu’un protocole a été validé par Madame la Ministre Glatigny.»

Coinnaissant le flair de Christian Jupsin et de toute son équipe pour dénicher les plus belles routes du royaume, nous devrions assister à une toute belle épreuve le samedi 24 octobre.

Les premières informations pratiques au sujet du South Belgian Rally à Vresse-sur-Semois seront communiquées très prochainement, tandis que le site http://www.southbelgianrally.be sera mis en ligne sous peu. Et pour avoir suivi, en son temps le championnat des rallyes de 2e division qui comptait alors le Rallye de la Semois dans son calendrier, je peux vous dire que les routes de cette région promettent un beau spectacle et que les braves feront véritablement la différence!

Premier Essai: Mercedes E300 e Berline 2020: maîtrise absolue

Même si les historiens de la marque à l’étoile citeront 1946 comme date de la première apparition d’une berline de milieu de gamme au sein du constructeur allemand, c’est bel et bien la W124 de 1993 qui marqua l’ère moderne de celle que l’on appelle depuis la Classe E. Jouant à fond la carte de la solidité et du luxe, ce modèle emblématique n’a jamais cessé d’être la familiale la plus importante de la marque.

mb-classe-e-berline-300-e-amg-line-027

Présentée en 2016, la W213 s’est déjà vendue à 1,2 millions d’exemplaires. Il était donc important pour Mercedes de lui apporter quelques modifications pour la rendre plus dynamique, plus efficace et plus intelligente. Extérieurement, cela passe par des phares à LED d’origine sur la finition d’accès toujours appelée Avantgarde. L’appellation Elegance devient Exclusive mais l’on sait déjà que c’est le look AMG qui cartonne le plus avec 70% des ventes! Mais revenons aux modifications esthétiques qui rendent cette nouvelle Classe E plus dynamique grâce à un bouclier redessiné accompagné d’une calandre inédite. Mais c’est l’arrière qui évolue davantage grâce à des feux modifiés et affinés qui lui donnent une certaine légèreté et qui ne sont pas sans rappeler ceux de la Classe A berline.

mb-classe-e-300-e-amg-line-030

L’intérieur reste plus conforme à ce que l’on connaissait dans la version précédente et ce n’est guère un défaut. Mercedes insiste cependant sur le nouveau volant capacitif qui intègre des capteurs comme sur un écran de smartphone. De quoi vous obliger à reprendre le volant en main après 15 secondes… Son nouveau dessin est plutôt réussi. Devant lui, le conducteur retrouve les superbes écrans de 10,5″ en série ou de 12,3″ en option. La résolution de celui-ci est excellente et la sensibilité tactile de l’écran central est parfaite. Il demande évidemment plus d’attention que de simples boutons physiques. Le système MBUX est bien sûr de série et, en accord avec le système de navigation, intègre la fonction de réalité augmentée qui montre des images en direct de la route aux carrefours ou lors des changements de direction, avec des clignotants insérés numériquement montrant clairement où exactement l’itinéraire tracé vous mènera. Cette fonction est agréable mais pas indispensable et n’est en aucun cas utilisée si vous naviguez via Apple CarPlay ou Android Auto avec, par exemple, Waze.

mb-classe-e-berline-300-e-amg-line-019

La nouvelle gamme comprend sept modèles hybrides rechargeables disponibles en version berline et break, essence et Diesel, avec propulsion arrière ou transmission intégrale. L’offre de moteurs ultra efficients, dépollués et puissants couvre, pour les modèles essence, une plage de puissance comprise entre 156 et 367 ch, et pour les Diesel entre 160 et 330 ch. L’EQ Boost, une hybridation légère via un alterno-démarreur assistant le moteur thermique, mais il existe également, et Mercedes insiste vraiment sur cette gamme, des plug-in hybride très avantageuse sur le marché des flottes. C’est ainsi que nous avons découvert, en avant-première, une E300 e berline essence qui associe un quatre cylindres de 1991 cm3 de 211 ch à un moteur électrique de 122 ch pour délivrer une puissance de 320 ch et un couple de 700 Nm. La batterie dispose de 13,5 kWh et offre, selon le constructeur, une autonomie électrique pure de 49 à 53 kilomètres. Les émissions officielles de CO2 sont de 41 g / km.

mb-classe-e-berline-300-e-amg-line-017

Il faudra, comme souvent avec les hybrides, composer avec une masse conséquente de  1.985 kg mais cela n’empêche pas la marque à l’étoile d’annoncer un 0 à 100 km/h en 5″7 et une vitesse de pointe de 250 km/h. Au départ avec une batterie pleine, notre E 300 e indiquait une autonomie électrique de 44 kilomètres, et après notre essai routier sur un parcours varié avec pas mal de kilomètres d’autoroute à des vitesses assez élevées, nous sommes arrivés à 5,2 l / 100 km en moyenne. C’est une valeur qui peut être nettement inférieure si vous conduisez plus lentement et que la batterie est systématiquement chargée. Mais le confort est souverain et la facilité de conduite vous pousse à manger du kilomètres sans la moindre appréhension. La nouvelle Mercedes Classe E est le genre d’engin avec lequel on traverserait l’Europe en toute quiétude. La marque à l’étoile fait véritablement preuve d’excellence et la discrétion de ce moteur essence épaulé par le système hybride participent à la continuité de cette expertise. Petit bémol, si vous voyagez en famille, il faudra composer avec un volume de coffre ramené à 370 litres à cause et batteries qui entravent le bas du dossier de la banquette arrière…

mb-classe-e-300-e-amg-line-031

Le prix de cette E300 e est de 63.888€ alors qu’une E classique est affichée 56.991€. Mais cette dernière est moins puissante et elle est surtout bien plus taxée que la version hybride n’annonçant que 41 g de rejets de CO²!

mb-classe-e-berline-300-e-amg-line-039

Essai: Hyundai Ioniq hybride: bien plus eco que confo

new-hyundai-ioniq-hybrid-11
Signature lumineuse inédite et nouvelle calandre ont donné un joli coup de jeune à la Hyundai Ioniq.

Cette berline bicorps à la poupe élancée et au gabarit proche d’une compacte est disponible en trois variantes: électrique, hybride rechargeable ou hybride. C’est cette dernière version que nous avons choisi de vous présenter plus en détail sachant qu’elle est aussi la moins chère du lot. Affichée dans sa version d’accès Inspire à 26.749€ alors que la rechargeable coûte 10.000€ de plus alors que l’électrique est à vous contre 39.849€.

new-hyundai-ioniq-hybrid-09-1
Sa robe assez classique tranche avec les lignes torturées de sa principale concurrente.

En découvrant cette berline compacte dans sa robe noire plutôt classe, on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec la Toyota Prius aux lignes bien plus tourmentée et aux coloris plus criards. En version Confort, la japonaise s’affiche à 30.510€ et rappelle à qui veut l’entendre qu’elle existe depuis plus de deux décennies. Mais la coréenne qui nous occupe aujourd’hui ne semble pas effarouchée face à cette doyenne. Il faut dire qu’elle a reçu quelques améliorations il y a un peu moins d’un an passant par de discrètes évolutions cosmétiques, de nouveaux équipements technologiques et un habitacle modernisé.

new-hyundai-ioniq-hybrid-12-1
Son profil de cinq portes assez compacte permet de signer un coéfficient de traînée dans l’air des plus appréciables.

J’aime bien

Extérieurement, cette Ioniq joue la carte du classicisme face à sa principale concurrente et les légères évolutions apportées à son style lui réussissent bien; les optiques avec des phares et feux full LED et effet 3D suffisent à moderniser la ligne alors que la calandre abandonne ses barrettes horizontales pour adopter un design façon damier très réussi. Enfin, les jantes au dessin inédit complètent ces évolutions esthétiques. Dans l’habitacle, les modifications sautent aux yeux avec une planche de bord totalement redessinée pour céder à la mode de l’écran central installé en hauteur. Cela qui permet d’augmenter généreusement sa taille de 7 à 10,25 pouces alors qu’une réorganisation totale des commandes de climatisation et des bouches d’aérations a été nécessaire. Souligné par un nouvel éclairage à LED, cela donne un coup de fraîcheur bienvenu à l’ensemble, surtout que la qualité perçue a été notablement améliorée.

new-hyundai-ioniq-hybrid-interior-01-1
Belle évolution de l’habitacle avec un écran central plus grand et une ambiance plutôt zen mais de qualité.

Plutôt malin

Ceux qui ont essayé une fois dans leur vie ce type de motorisation le savent, une hybride ne se conduit pas le couteau entre les deux. Elle s’apprécie à allure modérée, conduite en bon père de famille en respectant les limites de vitesse. Le quatre cylindres 1,6 l GDI Kappa à cycle Atkinson de 105 ch et 147 Nm associé au moteur électrique développant 43,5 ch / 170 Nm donnent un total de 141 ch et 265 Nm. Cela n’en fait guère un foudre de guerre mais suffit largement aux déplacements quotidiens. Contrairement à Toyota et sa boîte CVT qui nous a toujours horripilé, Hyundai fait appel à une boîte à double embrayage à six rapports. Un choix judicieux en termes de ressenti même s’il doit coûter quelques litres d’essence par rapport au bilan de la Prius. Pourtant, lors d’une longue balade familiale, nous avons signé un joli 3,8 l/100 sur 125 km! Un exploit pour ceux qui connaissent l’auteur de ces lignes…

new-hyundai-ioniq-hybrid-22-1
Sous le capot, le 1.6 GDI Kappa à cycle Atkinson est épaulé par une unité électrique pour fournir au total 141 ch et 265 Nm.

J’aime moins

Le gros point noir de cette voiture est, à nos yeux, les suspensions. Sur le réseau belge, c’est une catastrophe ayant fait dire à l’un de nos passagers que l’auto se comportait comme une voiture aux amortisseurs morts. Les occupant des places arrière lançaient souvent des exclamations de dépit alors que, comme raconté plus haut, on est resté sur le mode de la balade la plupart du temps. Mais c’est vrai que sur de vieilles routes ou sur le passage de casse-vitesse, la Ioniq rebondissait trop fermement.

new-hyundai-ioniq-hybrid-08
Le confort n’est pas la qualité première de cette Hyundai Ioniq, du moins aux places arrière.

Pourquoi je l’achète

Vous avez envie de faire un geste pour la planète sans trop bouleverser vos habitudes? la Hyundai Ioniq hybride est faite pour vous. Contrairement à la version rechargeable, bien moins abordable, vous ne devez pas vous soucier de la brancher le plus souvent possible sans parler de la 100% électrique à l’autonomie pourtant améliorée. Bien plus abordable que sa concurrente nommée Prius, la Hyundai vous garantira un look assez sage, un habitacle technologiquement à la page et des consommations très raisonnables si vous l’utilisez en trajets urbains ou péri-urbains. C’est logiquement sur les grands axes rapides qu’elle se montre le moins à son avantage.

new-hyundai-ioniq-hybrid-03-1
Affichée à 26.749€ en version d’accès déjà bien équipée, cette Hyundai Ioniq hybride est la plus accessible d’une gamme comprenant une hybride rechargeable et une 100% électrique.

Pourquoi je ne l’achète pas

Il n’y a évidemment pas une once de dynamisme dans cette auto et c’est un pléonasme que de le dire. La direction manque cruellement de ressenti et que dire du confort, jugé trop ferme par l’ensemble de nos passagers, surtout aux places arrière. Comme nous sommes curieux, on est allé voir ce que coûtait la première version de cette Ioniq hybride et l’augmentation est de 1.250€ pour cette version 2020. Ce qui reste raisonnable au vu des nouveautés. Enfin, le volume du coffre offre une capacité de chargement de 456 litres soit 40 de moins que la Prius alors que celle-ci propose 120 litres de plus une fois la banquette rabattue.

new-hyundai-ioniq-hybrid-18

On ne vit que deux fois… Ineos Grenadier, copie conforme du Defender ? par Dimitri Urbain

INEOS 1
Des lignes droites et simples, la calandre fait immédiatement penser au Defender !

Le 29 janvier 2016, le 2.016.933ème et dernier Defender a été construit à l’usine de Solihull. Emblématique de la marque, sa production était moins importante que le reste de la gamme. Beaucoup de voix se sont élevées pour demander  que Land Rover le modifie et l’adapte… mais, à la différence du Classe G chez Mercedes, ici, l’argent n’était pas vraiment disponible pour investir dans le « vieux » Defender. Land Rover préférant étudier une version moderne et actuelle en partant d’une feuille presque blanche. En 2017, Sir Jim Ratcliffe, le patron d’INEOS, retrouve quelques amis dans un pub londonien, The Grenadier. Ensemble, ils se lamentent sur la disparition récente du Defender et le vide laissé dans la gamme Land Rover, désormais plus axée sur un côté « luxe » que véritablement « utilitaire ». C’est là que le « Projet Grenadier » commence à prendre forme… (Texte: Dimitri Urbain)

INEOS 2
Dans un premier temps, la gamme Grenadier sera composée de 2 versions : une 4 portes fourgon et une seconde avec pick-up arrière… proches des Land Rover 110 et 130.

Un véritable baroudeur

Présenté il y a quelques semaines, l’Ineos Grenadier devrait être disponible dès 2021. Tant son esthétique que les solutions techniques adoptées en font, sur papier, le digne successeur du Defender, une version très modernisée du Land Rover originel, basé sur la Jeep Willys, présenté en 1948. Néanmoins, les concepteurs du Grenadier sont partis d’une feuille blanche. Extérieurement, ses dimensions sont proches du Mercedes Classe G (un autre « survivant », présenté en 1979 !) et il est propulsé par des moteurs six cylindres en ligne BMW, en essence et en Diesel. Pour la petite histoire, Land Rover a vendu un modèle équipé d’un six cylindres essence en ligne BMW… produits entre 1997 et 2001, les Defender 90 et 110 pouvaient être équipés du moteur des 328i et 528i sur le marché sud-africain. Ces versions étaient censées remplacer celle équipée d’un moteur V8. La puissance était de 192 ch à 5300 tr/ min tandis que le couple était de 280 Nm à 3950 tr/ min. 1395 véhicules ont été assemblés, 656 en version 90 et 739 en version 110. Si, au début, la vitesse maximale n’était pas limitée, elle le sera ensuite aux environs de 160 km/h !

INEOS 3
 Vu d’arrière, les feux circulaires de grande taille sautent immédiatement aux yeux… tout comme le déhanchement latéral de la caisse et les barres d’arrimage situées sur les côtés du pavillon.

Gamme et équipe réduite

Le Grenadier devrait être disponible en deux versions : tout d’abord en version cinq portes fermé puis, assez rapidement, en quatre portes avec benne pick-up à l’arrière, façon Defender 130. Le prix devrait être fixé aux environs des 45.000 €. Ineos prévoit aussi, dans un second temps, une version courte et différents modèles plus adaptés à des usages spécifiques (pompiers, militaires…). Selon les projections du futur constructeur, l’engin sera rentable à partir de 25.000 exemplaires annuels. Sir Jim Ratcliffe, le patron d’Ineos, a tout d’abord essayé de racheter les plans et l’outillage du Defender, en 2016. Devant le refus de Jaguar Land Rover, il s’est donc décidé à se lancer dans l’aventure… Il y a quelques jours, c’est un tribunal britannique qui a également donné un coup de pouce au projet. Malgré les tentatives du groupe Jaguar- Land Rover de contrer Ratcliffe, le design du Defender n’a jamais été déposé… Dès lors, la proximité des lignes du Grenadier avec le Defender ne pose aucun problème et il n’est pas question de plagiat. Chez Ineos, pas de bureau d’étude au personnel pléthorique. Les lignes sont signées Toby Ecuyer, un designer spécialisé dans les yachts. Du côté technique, l’équipe est composée de Dirk Hellmann, un ingénieur chimiste, et de quelques ingénieurs de chez Magna Steyr, basés à Graz, en Autriche… justement là où est produit le Mercedes Classe G ! Dévoilé 18 mois avant sa commercialisation effective, le Grenadier va entrer dans une phase d’essais très intensifs et ses concepteurs pensent qu’il leur sera plus facile de les mener à bien, sur plusieurs milllions de km, sur différents terrains, avec un véhicule dont les lignes sont déjà connues. Les essais ont d’ailleurs déjà commencé l’hiver dernier du côté du Cercle Polaire. A ce stade, seul l’extérieur est connu, rien n’a été montré de l’intérieur, dont Ineos vante la facilité d’entretien « au tuyau d’arrosage » !

INEOS 4
Dans la même veine que le Mercedes G ou le Suzuki Jimny, le Grenadier est une interprétation moderne d’un véhicule emblématique et capable de passer partout, ou presque.

Le slogan « built on Purpose » « construit avec un objectif précis », est l’illustration parfaite de la conception du véhicule faisant la part belle à son usage, sa fonction, plutôt qu’à l’esthétique. La production sera assurée en partie au Portugal (les châssis) et en partie au Pays de Galles (assemblage final). Le Grenadier devrait être très performant en tous chemins…  Et en dépit de ses lignes traditionnelles, le Grenadier ne sera pas techniquement dépassé à sa sortie ; il sera équipé d’un écran tactile et connecté. Le confort ne devrait pas être aux abonnés absents, Ineos étant conscient que nombre de propriétaires passeront de longues heures au volant de leur Grenadier.

Copie du Defender ?

Toby Ecuyer ne nie pas la ressemblance entre le Defender et le Grenadier ; il insiste sur le fait que son équipe a déterminé le design définitif sur base d’études d’un grand nombre de ses futurs concurrents. Ineos en a d’ailleurs acheté toute une série, à des fins d’évaluation et de comparaison : des Land Rover, évidemment, mais aussi des Jeep, des Toyota Hilux, un Land Cruiser FJ 40, des Nissan Patrol ou encore des Ford Bronco. Sans parler d’autres engins plus utilitaires comme un Unimog, de tracteurs ou d’autres véhicules en définition « Afrique ». Au final, le design est simple, avec des flancs plats et hauts, un capot qui n’est pas complètement intégré à la carrosserie, à clin, avec des ailes avant plates et aux formes très régulières. Le pavillon est ceinturé de gouttières sur tout le pourtour. La calandre est verticale ; les phares utilisent la technologie LED. Les roues, bien larges, sont repoussées aux quatre coins afin de réduire les porte-à-faux et augmenter les angles d’attaque. Les passages de roues sont protégés par des garnitures déformables, en plastique souple.

INEOS 5
L’Iveco Massif ou Campagnola, produit de 2008 à 2011. Cousin du Defender, il s’agit en fait d’un véhicule produit en Espagne par Santana. Celui-ci entretenait des liens étroits avec Land- Rover, ayant produit des véhicules de la marque sous licence dès 1958. Iveco le destinait à des usages utilitaires, à destination des pompiers, forces de police ou militaires, en version Massif, ou à des usages plus ludiques, sous le nom de Campagnola, un patronyme bien connu et longtemps utilisé chez FIAT.

La version longue est dotée de trois vitres latérales. Ces dernières, tout comme nombre de panneaux de carrosserie et le pare-brise, ne sont pas tout à fait plates. Selon le designer maison, un léger rayon de courbure confère à l’engin une certaine «sophistication»… La partie qui fait penser le plus au Defender est certainement le déhanchement supérieur des flancs, qui court des ailes avant à la face arrière. Il y a un aspect pratique à ce trait, les portières pouvant ainsi accueillir un tas d’accessoires, tout en n’étant pas inutilement larges dans leur partie supérieure. Les charnières extérieures des portes sont apparentes et permettent de démonter facilement les portières. La face arrière a fait l’objet de nombreux débats au sein de l’équipe, d’abord partagée et orientée sur un double portillon à découpage horizontal, une grande partie supérieure et une plus petite en bas. Au final, c’est une découpe asymétrique de deux éléments : un large à droite et un plus étroit à gauche. Cette configuration devrait être modifiée pour les marchés à conduite à gauche. Cette configuration à deux battants a été choisie afin de faciliter le chargement. La partie la plus large reçoit une roue de secours. La petite ouverture donne directement accès à un rangement d’outillage situé juste sous la vitre, embouti dans le métal de la carrosserie. L’un des détails les plus flagrants qui différencient le Grenadier du Defender, ce sont les feux arrière de grande taille. Toujours circulaires, ils combinent toutes les fonctions en un seul élément. Le pavillon permet de charger des objets directement, sans porte bagages ni barres. Quatre barres permettent de sangler les objets, deux par côtés, dont la forme rappelle la vitre de pavillon du Defender. D’autres barres situées à l’intérieur des portières et dans le compartiment arrière devraient satisfaire les amateurs de camping. Ineos va proposer une large gamme d’accessoires et d’équipements pour le Grenadier mais la marque encourage d’autres firmes à en proposer également. Un certain côté « déjà vu » peut également faire penser à l’Iveco Massif ou Campagnola. Cet engin, produit en nombre réduit entre 2008 et 2011 est en fait un cousin espagnol du Defender. Santana, constructeur ibérique, a assemblé des Land Rover sous licence à partir de 1958 et a disparu en 2011.

INEOS 6
Ici dans l’une de ses ultimes déclinaisons, le Defender a connu une carrière s’étalant sur plusieurs décennies. Sa fidèle clientèle a toujours été plus attirée par ses performances en tout terrain et ses côtés utilitaires. Ineos vise ce public, désorienté par le nouveau Defender et son côté plus luxueux que l’ancienne génération.

Châssis et motorisations

Dans sa définition actuelle, le Grenadier devrait être plus lourd qu’un Defender 110. Il est également plus étroit et plus long qu’un Defender. Ineos vise un poids d’environ 2.400 kg à vide mais les prototypes actuels sont trop lourds d’une centaine de kilos. Les moteurs BMW sont des 3 litres essence et Diesel, 6 cylindres en ligne de la famille B57 et B58. Ils sont exclusivement associés à une boîte automatique ZF 8 rapports, couplée à une boîte transfert pour évoluer à basse vitesse. Ces moteurs sont capables de produire des puissances de l’ordre de 260 ch à près de 4000 tr/ min. Le potentiel de performance de l’engin imposera un limiteur de vitesses sur route ouverte. La technique de construction est traditionnelle : carrosserie posée sur un châssis séparé, deux essieux rigides et des suspensions à ressorts hélicoïdaux non indépendantes…  une rareté aujourd’hui.

INEOSGrenadierImage4

La carrosserie elle-même est un mélange d’aluminium, d’acier à haute limite d’élasticité et des composites. La plupart des panneaux extérieurs sont en aluminium. Le projet a pris un peu de retard avec la pandémie mais l’objectif est toujours de lancer la production début 2021. Ineos souhaite vendre le Grenadier en direct, sans passer par un réseau, faisant simplement appel à des partenaires pour l’entretien et la réparation. L’Europe, l’Amérique du Nord, l’Australie, l’Afrique du Sud et l’Asie du Sud-Est seront les régions prioritaires pour sa commercialisation. Des centres d’essai avec piste tous terrains seront mis en place afin de convaincre les clients potentiels. Et, espérons-le, bientôt à l’essai sur notre site ! (Dimitri Urbain)

Essai : Hyundai i10 : plus mordante

hyundai-i10-1020-25
Dynamique en ville ou en dehors, la nouvelle Hyundai i10 correspond parfaitement aux attentes du marché européen.

Disponible depuis le début de l’année, la troisième génération de la citadine coréenne conserve la même plateforme mais voit son empattement majoré de 4 cm. C’est assez rare pour être souligné mais la version que nous avons essayée était assez basique avec des enjoliveurs de roue et un équipement classique mais complet. Equipé du 1.0 3 cylindres de 67 ch, notre exemplaire d’essai ne s’en est pas moins montré assez vif, même sur autoroute. Et lorsque les virages se sont multipliés, il n’a pas faibli grâce à un comportement assez dynamique. Sincèrement, elle nous a surpris. Et nous donne à penser que la version N-Line forte de 100 ch et motorisée par le 1.0 T-GDI, vu sur d’autres modèles de la marque, pourrait bien venir brouiller les cartes sur le terrain des petites sportives dynamiques.

hyundai-i10-1020-34
Les portes arrière s’ouvrent sur des places plutôt généreuses pour la catégorie.

Mais revenons à notre plus sage version Twist qui représente le second niveau de finition et qui est proposée à 14.999€. Comme équipement, elle peut déjà compter sur le système de freinage autonome avec détection de piétons/obstacles, l’assistant au maintien de trajectoire, le display Audio de 8″, la radio MP3 avec fonction RDS et DAB, l’air conditionné à commande manuelle, les rétroviseurs extérieurs chauffants à commande électrique ou encore les phares halogènes mais ce ne sont là que quelques exemples. Bref, la petite coréenne propose des équipements assez étonnants pour la catégorie mais cela peut encore s’améliorer si vous vous aventurez vers la finition la plus haute (Sky N-Line) affichée à 20.049€ ! Ça commence à piquer pour une petite citadine…

Hyundai i10 Dragon Red (14)
De loin, les petits phares ronds de jour semblent moins modernes que les barrettes de l’ancienne version.

J’aime bien

On l’a dit au début de cette article, la Hyundai i10 offre une dynamisme assez surprenant pour cette catégorie de véhicule et cela nous la rend éminemment sympathique. Sans parler d’un physique à l’avenant avec une face avant réussie. A l’exception des feux diurnes ronds qui semblent moins modernes que les barrettes de l’ancienne version. Mais elle n’a pas que ces atours parce qu’à bord, on est parfaitement installé et le joli volant à trois branches incite à la conduite. Face à lui, le conducteur découvre un tableau de bord intelligemment dessiné mais sans la moindre fioriture. Tout est noir et en plastique, de qualité certes, mais dur. L’écran central est tactile et peut, bien sûr, se connecter avec votre smartphone.

Hyundai i10 interior (1)
Ici en version bi-ton, le tableau de bord est parfaitement agencé mais les plastiques sont dignes de la catégorie. 

Plutôt malin

Alors que l’assistance au maintien de voie, facilement déconnectable via un bouton au tableau de bord est montée dès le premier niveau de finition au même titre que le système de freinage autonome avec détection de piétons ou encore l’allumage automatique des phares, le niveau Twist ajoute l’aide au démarrage en côte. Des systèmes auxquels on s’habitue rapidement lorsqu’il s’agit d’évoluer en milieu urbain où la compacité de l’i10 fait des merveilles. Les 4 cm qu’elle a gagnés par rapport à sa devancière ne la handicapent guère en ville et font même le bonheur des occupants des places arrière à l’accès plutôt bon mais qui devront composer avec le dessin des vitres remontant vers la lunette arrière.

Hyundai i10 Dragon Red (29)
La version que vous voyez ici est plus élevée en gamme que celle dont nous disposions. Jantes alu et carrosserie bi-ton ne sont disponibles qu’avec les finitions les plus chères.

J’aime moins

Il est bien difficile de trouver des défauts à cette petite coréenne qui a parfaitement compris les attentes du public européen, sans cesse culpabilisé et surtout fortement taxé lorsqu’il veut acheter une grosse voiture. A l’issue de notre essai, et après avoir bien profité des 67 ch du petit trois pattes, notre moyenne des consommations était de 6,7 l/100 km. En respectant parfaitement les limitations sur autoroute, nous avons signé un 6,0 l ce qui n’est pas extraordinaire…

hyundai-i10-1020-11
En ville, il sera difficile de limiter sa consommation. Le petit trois cylindres est vif mais en échange, il exige ses litres de « sans plomb ».

Pourquoi je l’achète

Alors que la nouvelle Toyota Yaris pointe le bout de son capot, la Hyundai i10 profite de sa position de dernière arrivée dans une catégorie où certains modèles disparaissent, faute de rentabilité, pour nous séduire. Alerte, bien amortie, parfaitement équipée, elle joue pleinement la carte de la citadine à la page pour justifier des tarifs assez salés. Mais son habitabilité générale, l’accès à ses places arrière et la qualité générale de son habitacle plaident en sa faveur sans parler de l’équipement plutôt généreux dès le second niveau de finition.

hyundai-i10-1020-05
L’équipement sécuritaire est impressionnant dès la finition Twist.

Pourquoi je ne l’achète pas

On l’a dit, ses prix ne sont pas bradés, loin de là. Et des lacunes dans son équipement, on pense au détecteur de pluie pour n’en citer qu’une, pousseront certains vers la concurrence. Où l’offre est plus datée, technologiquement et stylistiquement parlant. Ses consommations seront difficilement justifiables en ville. Et puis il y a cette minuscule planche à chapeau qui ne s’actionne qu’à la main. Pas toujours facile quand il s’agit d’extraire certains chargements.

Hyundai i10 Dragon Red (16)

Essai exclusif: Land-Rover Defender 110 P400: de la nostalgie vient l’envie

Foto 04-07-20, 16 20 10
On n’a pas véritablement affronté des terrains propices à l’art du tout-terrain mais voilà néanmoins le nouveau Defendre dans une de ses postures favorites!

Présenté au Salon de Francfort… 2011 sous forme de concept, il aura fallu près de 8 ans pour que l’on retrouve la version définitive sur nos routes. Dessiné sous la direction de Gerry Mc Govern, ce DC100 est alors motorisé par un 2.0 Diesel 4 cylindres et même s’il semble trop sophistiqué pour nous arriver tel quel, ses lignes générales vont inspirer les travaux suivants. Disponible en deux carrosseries reposant sur un châssis monocoque en aluminium bien plus rigide que son ancienne construction, le nouveau Def’, comme l’appellent les puristes, dispose de trois motorisations, essence et Diesel. Chez Land Rover, ils savent qu’on aime les chevaux alors ils nous ont proposé d’essayer le 3.0 6 cylindres essence fort de 400 ch. Pas vraiment adapté au marché belge mais parfait pour déplacer les 2300 kg de l’engin…

Foto 03-07-20, 18 51 17
Même s’il s’agit d’un 90, l’ancien paraît bien fluet face au nouveau venu au gabarit généreux.

Il en impose avec cette carrosserie longue à 5 portes, le nouveau Defender, surtout dans un environnement urbain. Il a réussi à conserver une filiation directe avec son prédécesseur avec ses hanches bien marquées et de nombreux accessoires qui viennent compléter l’attirail du parfait baroudeur. C’est une version First Edition qui nous était prêtée qui, extérieurement, restait relativement discrète si l’on excepte ses roues de 20 pouces, ses vitres arrière privatives et ses rails de toit noirs qui étaient eux, en option. Mais c’est bien évidemment dans l’habitacle que le nouveau Defender progresse énormément en offrant désormais de l’espace, du confort et de la technologie!

LR_DEF_20MY_110_Interior_100919_03
Luxe, calme et volupté à bord. On va compter sur les doigts d’une seule main les futurs propriétaires qui oseront emmener leur nouveau Def’ dans la boue…

J’aime bien

Ceux qui se disaient amoureux de l’ancien Defender par snobisme seront ravis d’apprendre que le modèle 2020 reçoit toutes les attentions nécessaires à un 4×4 du XXIe siècle. Les sièges sont en effet excellents et n’ont rien à envier à d’autres modèles de la marque. L’espace dévoué aux occupants a également fait l’objet de tous les soins et ceux-ci peuvent désormais envisager les longs voyages en Defender avec sérénité. Les assises restent très hautes et on grimpe véritablement à bord mais cela offre une position de conduite qui ravira les automobilistes qui n’existent que par la hauteur de leur SUV. Et cela donne très souvent envie de pousser celui qui n’avance pas assez vite à notre goût…

Foto 04-07-20, 16 17 59
Il faut beaucoup d’espace pour que le nouveau Land Rover se sente bien. Le voilà dans son élément!

Plutôt malin

On adore le parfum luxueux apporté à ce nouveau modèle. Certes, un cadre en magnésium entoure le tableau de bord et de nombreux écrous apparents tentent de conserver un aspect brut à l’habitacle mais ce dernier cède néanmoins le pas au luxe imposé par un véhicule affiché à un tel tarif. On découvre ainsi le nouveau système d’infodivertissement PiviPro et son écran tactile de 10″ particulièrement bien dessiné et facile d’utilisation si vous disposez d’un(e) jeune ado geek sous la main. Devant les yeux du conducteur, c’est également un tableau de bord numérique qui est proposé de série, dépaysant définitivement les habitués du vieux Def’. Et pour mieux apprivoiser ce véhicule de 5m de long et 2 de large, la caméra de proximité 3D associée à l’aide au stationnement à 360° sont proposés en série pour vous assister.

LR_DEF_20MY_Interior_100919_05
Les écrans digitaux ont pris le pouvoir à bord. Pour le plus grand bonheur des jeunes générations qui n’y seront guère dépaysées.

J’aime moins

Toute cette électronique va évidemment rebuter les fans de la première heure capables d’entretenir leur Defender eux-mêmes. Mais il faut vivre avec son temps. Inutile de vous préciser que, malgré sa puissance élevée, notre Land n’a jamais développé un grand enthousiasme pour la conduite dynamique, comme tous les autres modèles de la marque ai-je envie de dire, à l’exception de l’Evoque. Certes, il est amusant d’avoir à sa disposition une aussi généreuse cavalerie pour vexer de temps en temps de petits prétentieux mais avec une consommation moyenne de 13,5 l/100 km de sans plomb, il vaut mieux avoir de nombreux billets dans son portefeuille.

Foto 04-07-20, 16 04 28
Impressionnant, avec ses phares LED Matrix montés en série sur la finition First Edition.

Pourquoi je l’achète

Jouant à fond sur l’image intacte du Defender, Land Rover proposé un condensé de son savoir faire dans une enveloppe moderne qui ravira les amoureux de ce modèle iconique qui va connaître ainsi une deuxième vie, 37 ans après son lancement en tant que tel. Même si ce modèle-là dérivait d’un 4×4 né en… 1948. Le confort est son point fort avec ses sièges très luxueux, ses écrans ultramodernes et son habitabilité inédite. On n’a pas parlé de ses capacités hors des routes asphaltées mais elles sont intactes et la marque met un point d’honneur à le faire savoir. Il peut donc fréquenter des lieux infréquentables pour sa jolie carrosserie sachant que tous les matériaux de son habitacle sont lavables. Les restes de boue et de poussière laissés dans tous les ouvrants de notre exemplaire d’essai laissaient entendre que celui-ci avait déjà vécu pareille expérience. Enfin, le bruit sympathique de son 6 cylindres essence n’était pas pour nous déplaire et son couple de 550 Nm bien utile pour se sortir de la moindre situation embarrassante.

Foto 04-07-20, 16 04 59
Tout en conservant les lignes de l’ancien, le defender 2020 s’offre quelques jolis traits de design. 

Pourquoi je ne l’achète pas

Affiché à 87.800€, notre Defender First Edition était bien équipé mais sans excès. Et doit défendre chèrement sa peau face au Discovery qui propose, lui aussi 7 places, mais bien plus utilisables que le strapontin monté en option dans le Def’. Certes, le petit frère n’est pas disponible avec ce gros moteur essence qui nous a enchanté mais en Belgique, bien peu de monde pourra s’offrir pareil moulin. Enfin si le volume du coffre (de 231 à 2.233 litres) est en rapport avec l’encombrement de la carrosserie, il impose un accès compliqué par l’ouverture latérale de sa porte. Mais cela, les fans de la première heure n’y trouveront rien à redire…

IMG_9932
Vu le prix de cette version à 6 cylindres essence, il faudra peut-être vous résoudre à opter pour une maison en rondins si vous souhaitez garder quelques deniers pour remplir le réservoir…

Foto 04-07-20, 16 02 52

Foto 04-07-20, 16 08 46

Foto 04-07-20, 16 10 31Foto 04-07-20, 15 11 25

 

BRC: 6 rallyes, 4 meilleurs résultats retenus

PottyM_2002_MaquetC_Hyu_i20_R5_Hasp__VPB_

Après une interruption imposée par la crise sanitaire liée au Covid-19, le Championnat de Belgique des Rallyes reprendra les 4 et 5 septembre prochains à l’occasion de l’Omloop van Vlaanderen. Initialement, le calendrier était composé de 9 manches. Mais le TAC Rally, le Sezoensrally et le Rallye de Wallonie ont été définitivement annulés pour la saison 2020. Le calendrier compte ainsi encore 6 épreuves, dont 5 sont programmées après la reprise du championnat début septembre.

89146364_198255357917454_82298557008183296_n

Après concertation avec les différentes parties concernées, équipes, pilotes et organisateurs, le RACB Sport et le promoteur ont décidé d’adapter le mode d’attribution des points. Parmi les 6 manches figurant au calendrier, les concurrents peuvent sélectionner 5 épreuves pour marquer des points. Le classement final du championnat sera établi sur la base des 4 meilleurs résultats.

HASP2020_JD_007

« De cette manière, nous répondons aux attentes de toutes les parties concernées », confirme Xavier Schene, Directeur Général du RACB Sport. « Notre intention a toujours été d’apporter un soutien maximal aux organisateurs, et c’est pour cette raison que nous avons choisi de nominer 5 épreuves parmi les 6 organisées. De la sorte, les concurrents qui n’ont pas disputé le Rally van Haspengouw ont encore toutes leurs chances de viser le titre. Ensuite, ce seront les 4 meilleurs résultats qui seront retenus pour le classement final. Cette formule, dont nous avons vérifié la validité au plan juridique, garantit le suspense jusqu’à l’ultime épreuve du championnat, le Spa Rally, qui se disputera les 12 et 13 décembre. » (communiqué de presse)

Calendrier BRC 2020

29/02            Rally van Haspengouw
4-5/09           Omloop van Vlaanderen
26/09            East Belgian Rally
2-3/10           Ypres Rally
7-8/11           Rallye du Condroz
12-13/12       Spa Rally

HASP2020_AR1_027