BRC: South Belgian Rally: Un plateau impérial pour une première!

Les Hyundai i20 Coupé WRC de Tanak et Breen devraient animer la tête de la course!

Plus que quelques jours avant le coup d’envoi de la première édition du South Belgian Rally, nouvelle épreuve créée par DG Sport, qui a d’emblée trouvé place au programme du Championnat de Belgique des Rallyes. Un positionnement idéal au calendrier et la perspective d’affronter le chrono sur 150 kilomètres à l’occasion de trois boucles de quatre spéciales tracées dans la superbe région de Vresse-sur-Semois n’ont pas laissé grand-monde indifférent. Ce qui se traduit par une liste d’engagés tout simplement magique.

Dans le second peloton, celui des R5, les habitués du Championnat de Belgique ne vont rien lâcher.

L’info majeure de ces dernières heures a bien évidemment été l’annonce par Hyundai Motorsport de la présence du Champion du Monde en titre, l’Estonien Ott Tänak, en plus de l’Irlandais Craig Breen! Aux commandes de leurs habituelles Hyundai i20 Coupé WRC, les gaillards seront avant tout présents pour préparer le Ypres Rally Belgium. Spectacle assuré, bras de fer impressionnant en vue, et pour le public, une occasion unique de voir en action ces stars du Mondial!

Sébastien Bedoret va une nouvelle fois découvrir un terrain 100% inconnu mais d’autres concurrents seront logés à la même enseigne.

S’il ne fait guère de doute que Tänak et Breen monopoliseront le haut du classement avec des bolides d’un genre différent, le combat entre les animateurs du Championnat de Belgique promet d’être somptueux, le tout sur un parcours que tous vont apprécier.
Sont en effet sur les starting-blocks Adrian Fernémont (Skoda Fabia R5), Sébastien Bedoret (Skoda Fabia R5), Kris Princen (Citroën C3 R5), Guillaume de Mévius (Citroën C3 R5), Cédric Cherain (Citroën C3 R5), Ghislain de Mévius (Skoda Fabia R5), Grégoire Munster (Hyundai i20 R5), Cédric De Cecco (Skoda Fabia R5), le Français Sylvain Michel (avec Lara Vanneste dans le baquet de droite, Skoda Fabia R5), Niels Reynvoet (Skoda Fabia R5, révélation du récent Aarova Rally), Maxime Potty (Skoda Fabia R5), Henri Schmelcher (VW Polo GTI R5), Bernd Casier (Ford Fiesta R5 MK2), Gino Bux (Skoda Fabia R5), Harry Bouillon (Ford Fiesta R5) et Bastien Rouard (Skoda Fabia R5). Une liste de favoris et gros outsiders encore complétée par le Russe Nikolay Gryazin, qui déboule lui aussi de la compétition mondiale avec une Hyundai i20 R5 officielle! Où pourra-t-il se situer face à la crème du rallye belge? Premiers éléments de réponse dès samedi matin.

Dans la catégorie R5, nous découvrirons des « étrangers » tels que Ostberg ou Gryazin venus, eux aussi, s’entraîner en vue du Rallye d’Ypres…

Vous en voulez encore? Ce lundi, on a enregistré l’engagement de Mads Østberg avec la Citroen C3 R5 qu’il utilise lui aussi en Championnat du Monde! Le Norvégien tentera, à l’instar de Gryazin, de bousculer les valeurs belges établies à matériel égal. Magique…
Les inconditionnels de spectacle et de flat six seront ravis d’apprendre que Romain Delhez et Francis Lejeune en découdront avec deux autres Porsche GT3, celle de Glenn Janssens, qui pourra compter sur la présence d’un certain Stéphane Prévot à ses côtés, mais aussi celle de Gunther Monnens! Quant aux Mitsubishi Lancer EvoX d’Olivier Collard, Jean-Philippe Radoux et Pierre Hubin, gageons qu’elles pourraient exercer une certaine pression sur l’une ou l’autre ‘R5’ du groupe de tête en cette période automnale. (Communiqué de presse)

BRC: une nouvelle épreuve à Vresse-sur Semois grâce à DG Sport!

Avec l’annonce de l’annulation de plusieurs épreuves entrant en ligne de compte pour le Championnat de Belgique des Rallyes, et afin de permettre à cette compétition d’avoir suffisamment de manches pour attribuer le titre national, DG Sport a décidé d’avancer son projet d’organisation d’un rallye automobile dans la superbe région ardennaise qu’est celle de la Semois!

Ghislain de Mévius est le dernier vainqueur du Rallye de la Semois. Il partira donc en favori de l’épreuve mise sur pied désormais par DG Sport.

«Cela fait plus d’un an que nous réfléchissons à l’opportunité d’organiser une épreuve de type rallye dans cette magnifique région de l’Ardenne belge, commente, enthousiaste, Christian Jupsin, CEO de DG Sport. Les événements liés au Covid-19 nous ont motivés et incités à accélérer le processus. Je suis d’ores et déjà certain que les rallymen seront conquis par un tracé à couper le souffle, et que dès cette première édition, nous serons en mesure de proposer une organisation impeccable. Je tiens particulièrement à remercier Arnaud Allard, le dynamique Bourgmestre de Vresse-sur-Semois, qui s’est directement montré partant pour relever ce défi avec nous, et qui a chapeauté les contacts avec les communes voisines. Merci aux communes de Bièvre et Gedinne pour leur accord de principe, merci aussi à la province de Namur pour sa réactivité. Signalons que Promo Racing, organisateur du Rallye de la Semois, apportera son soutien pour que cette première édition du South Belgian Rally à Vresse-sur-Semois connaisse un vif succès.»

Grâce à DG Sport, le championnat de Belgique des Rallyes 2020 comptera suffisament d’épreuves.

Le South Belgian Rally à Vresse-sur-Semois reposera sur un parcours composé de quatre spéciales à parcourir à trois reprises. Comme c’est le cas pour le Spa Rally, Bernard Herman et Florian Jupsin seront à la manœuvre… «Nous sommes déjà bien avancés dans la préparation du parcours, et je dois dire que je suis particulièrement excité au vu des nombreuses opportunités offertes par cette superbe région », avoue Florian Jupsin. « Quel plaisir de pouvoir tracer des spéciales avec aussi peu de contraintes liées aux riverains, que nous voulons bien sûr impacter le moins possible», enchaîne Bernard Herman.

Le terrain le long de la Semois devrait offrir un spectacle à nul autre pareil!

Comme le souligne Christian Jupsin, une telle organisation est inimaginable sans le soutien des autorités communales. Ce que confirme Arnaud Allard, Bourgmestre de Vresse-sur-Semois: «Je suis particulièrement heureux d’accueillir sur le territoire de notre commune une épreuve qui entrera d’emblée en ligne de compte pour le Championnat de Belgique des Rallyes. Et qui donnera surtout à notre région une belle visibilité. Je connais la réputation de cette structure professionnelle qu’est DG Sport, et je suis certain qu’un magnifique événement sera mis en place le samedi 24 octobre. Cette manifestation ne manquera pas d’attirer de nombreux visiteurs durant une arrière-saison habituellement creuse, ce qui constitue une aubaine en cette année compliquée pour le secteur Horeca. Nous serons évidemment très attentifs à l’évolution de la situation liée à la pandémie de Covid-19, et toutes les mesures adéquates seront prises afin que cet événement se déroule en totale sécurité, dans le respect des prescriptions en vigueur. Rappelons aussi qu’un protocole a été validé par Madame la Ministre Glatigny.»

Coinnaissant le flair de Christian Jupsin et de toute son équipe pour dénicher les plus belles routes du royaume, nous devrions assister à une toute belle épreuve le samedi 24 octobre.

Les premières informations pratiques au sujet du South Belgian Rally à Vresse-sur-Semois seront communiquées très prochainement, tandis que le site http://www.southbelgianrally.be sera mis en ligne sous peu. Et pour avoir suivi, en son temps le championnat des rallyes de 2e division qui comptait alors le Rallye de la Semois dans son calendrier, je peux vous dire que les routes de cette région promettent un beau spectacle et que les braves feront véritablement la différence!

BRC: 6 rallyes, 4 meilleurs résultats retenus

PottyM_2002_MaquetC_Hyu_i20_R5_Hasp__VPB_

Après une interruption imposée par la crise sanitaire liée au Covid-19, le Championnat de Belgique des Rallyes reprendra les 4 et 5 septembre prochains à l’occasion de l’Omloop van Vlaanderen. Initialement, le calendrier était composé de 9 manches. Mais le TAC Rally, le Sezoensrally et le Rallye de Wallonie ont été définitivement annulés pour la saison 2020. Le calendrier compte ainsi encore 6 épreuves, dont 5 sont programmées après la reprise du championnat début septembre.

89146364_198255357917454_82298557008183296_n

Après concertation avec les différentes parties concernées, équipes, pilotes et organisateurs, le RACB Sport et le promoteur ont décidé d’adapter le mode d’attribution des points. Parmi les 6 manches figurant au calendrier, les concurrents peuvent sélectionner 5 épreuves pour marquer des points. Le classement final du championnat sera établi sur la base des 4 meilleurs résultats.

HASP2020_JD_007

« De cette manière, nous répondons aux attentes de toutes les parties concernées », confirme Xavier Schene, Directeur Général du RACB Sport. « Notre intention a toujours été d’apporter un soutien maximal aux organisateurs, et c’est pour cette raison que nous avons choisi de nominer 5 épreuves parmi les 6 organisées. De la sorte, les concurrents qui n’ont pas disputé le Rally van Haspengouw ont encore toutes leurs chances de viser le titre. Ensuite, ce seront les 4 meilleurs résultats qui seront retenus pour le classement final. Cette formule, dont nous avons vérifié la validité au plan juridique, garantit le suspense jusqu’à l’ultime épreuve du championnat, le Spa Rally, qui se disputera les 12 et 13 décembre. » (communiqué de presse)

Calendrier BRC 2020

29/02            Rally van Haspengouw
4-5/09           Omloop van Vlaanderen
26/09            East Belgian Rally
2-3/10           Ypres Rally
7-8/11           Rallye du Condroz
12-13/12       Spa Rally

HASP2020_AR1_027

BRC: Spa Rally: un beau gosse au départ d’une épreuve prometteuse

IMG_0124

Structure familiale particulièrement flexible, DG Sport, l’organisateur du Spa Rally, est toujours très à l’écoute de tous les intervenants inhérents à l’organisation d’un rallye en Belgique. Instances dirigeantes, riverains, associations mais aussi entreprises, tous ont droit à une oreille attentive. Sans oublier les pilotes, principaux concernés. On a cogité tout cela et finalement, c’est un tracé assez inédit qui en est ressorti. Gros plan sur ce qui nous attend dans une semaine!

2019_SPARALLY_BRC_Saturday-84

C’est au cœur de Spa, dans la micro-brasserie des Bobelines que la famille Jupsin nous a donné rendez-vous jeudi soir pour y dévoiler les grandes lignes d’un rallye qu’ils organisent depuis 2015. Christian, entouré de son fils Florian et de sa fille Carolane, insiste avant tout sur son équipe enthousiaste et motivée, qui le seconde dans l’organisation de cette belle épreuve. Un rallye qui espère un jour reprendre sa place à côté des deux épreuves incontournables du championnat de Belgique: Ypres et le Condroz.  Pouce cela, Christian et ses troupes n’hésitent pas à se remettre en question et à toujours chercher de nouvelles idées de développement.

2019_SPARALLY_BRC_Sunday-3

Cela concerne, bien évidemment, le tracé qui est l’œuvre de l’inévitable Bernard Herman. Mais comme on n’est pas langue de bois chez DG Sport, on apprend que très souvent, c’est Florian qui repère de jolies routes et qu’il n’hésite pas à les partager avec Bernard. Et vice versa. L’expérimenté traceur est ouvert à la critique et n’hésite pas à changer le sens d’une spéciale suite aux conseils du fils. Nous ne reviendrons pas ici sur le tracé qui a fait l’objet d’un article plus tôt dans l’année mais incontestablement, les absents auront tort!

2019_SPARALLY_BRC_Saturday-129

Chez DG Sport, tout le monde a sa fonction et si Carolane gère tout l’aspect administratif de l’épreuve, Florian préfère s’occuper des buvettes et des entrées. Il faut dire qu’il n’est pas le dernier à lever le coude et à frauder reconnait notre jovial barbu avec un sourire qui en dit long. Il nous a promis des buvettes toujours stratégiquement placées pour proposer une vue intéressante tout en garantissant la sécurité des spectateurs. Pour les entrées, vous le savez tous, il s’agit d’un point essentiel dans la survie de l’épreuve donc les contrôles seront placés plus tôt à l’arrivée dans les spéciales pour que les spectateurs puissent aller se parquer après, évitant ainsi certains engorgements. Mais ce qui plait la plus à Florian, c’est le show que constituera la super-spéciale appelée WRX et proposée à deux reprises le samedi. Celle-ci se déroulera dans l’enceinte du circuit de Francorchamps, sur le tracé du rallycross mais les concurrents n’emprunteront pas le Raidillon. Avec les gradins, cela permettra d’accueillir un grand nombre de spectateurs gratuitement alors que les parkings seront, là aussi, accessibles sans contrepartie! Enfin, Spa n’est pas oublié puisqu’au côté du superbe podium sur lequel passent les voitures à chaque regroupement, un chapiteau sera également installé pour garantir l’ambiance au centre-ville.

2019_SPARALLY_BRC_Saturday-69

On retrouvera au départ une grande partie des acteurs vus lors du Rally van Haspengouw à savoir Kris Princen (Citroën C3 R5), Adrian Fernémont (Skoda Fabia R5), Grégoire Munster (Hyundai i20 R5), Guillaume de Mévius (Citroën C3 R5), Ghislain de Mévius (Skoda Fabia R5) mais aussi le très performant Guillaume Dilley (Skoda Fabia R5). A Spa, deux Cédric et leur Skoda Fabia R5 rejoindront leurs petits camarades: Cherain, vainqueur en titre, et De Cecco. On attend à Spa 17 voitures de Type rally2 (ex-R5) mais celle qui attirera tous les regards, c’est bien sûr la Volkswagen Polo préparée chez PTR et qui accueillera dans son baquet le norvégien Andreas Mikkelsen (30 ans), auteur de trois succès en WRC et déjà vu en Belgique puisqu’il est venu à Ypres à trois reprises avec pour meilleur résultat, une 5e place en 2010 sur une Ford Fiesta S2000. Autant dire que sa présence va motiver tous les autres.

DG-SR-20-MIKKELSEN-05

En renouant avec la tradition du pilote étranger «invité», Christian Jupsin ne cache pas ses ambitions. Il veut que le Spa Rally redevienne le troisième grand rallye du championnat de Belgique. Il soigne les concurrents avec un parcours revu et prometteur, il tient compte de l’avis des riverains mais également de Spa Monopole, il est ouvert aux nouveautés mais également à la critique constructive. On peut donc regretter que seule une petite soixantaine de pilotes aient répondu à l’appel dans la catégorie BRC même si, avec les Critérium et les Historiques, on atteint les 170 engagés. Mais on peut déjà le prédire, ceux qui n’ont pas pu s’engager en 2020 le seront en 2021 pour remercier à leur manière cette organisation oh combien sympathique!

2019_SPARALLY_BRC_Saturday-12

BRC 2020: Spa Rally: parcours renouvelé!

20190315_SPARALLY_Shakedown-21

Si le Spa Rally 2020, deuxième manche du Belgian Rally Championship, est programmé les samedi 14 et dimanche 15 mars, il est évident que du côté de l’organisateur DG Sport, le parcours est ficelé depuis de longues semaines déjà. Et c’est un mélange de mythique et d’inédit qui sera proposé aux concurrents, avec un peu plus de 200 kilomètres presqu’équitablement répartis entre le samedi et le dimanche.

2019_SPARALLY_BRC_Sunday-83

« Il convient de parler d’un parcours largement renouvelé, puisque seules deux spéciales seront identiques à l’an dernier, annonce Bernard Herman, en charge de du tracé de l’épreuve. Les concurrents retrouveront avec délectation des tronçons comme La Gleize – en fait la spéciale d’Andrimont – et Chevron, tandis que parmi les nouveautés, on relève une deuxième spéciale sur le plateau de Herve, fruit de l’excellente collaboration avec les autorités communales en 2019. En la spéciale de Charneux, c’est l’une des plus longues spéciales en ligne du pays qui est aussi proposée… »

2019_SPARALLY_BRC_Saturday-173

Le samedi, les tronçons de Chevron, Andrimont, Fays Show et Spa seront disputés à deux reprises… au même titre qu’une spéciale show baptisée WRX, qui aura pour centre névralgique la zone Rallycross du Circuit de Spa-Francorchamps. « Des infos concernant cette spéciale WRX seront officialisées sous peu, mais on peut d’ores et déjà annoncer que le public aura l’occasion d’y profiter d’un spectacle non-stop entre 16h30 et 22h00, avec deux passages des concurrents BRC, le final de la compétition VHRS… en plus d’une autre surprise, poursuit Bernard Herman. Vu l’infrastructure permettant de profiter du show dans les meilleures conditions, je pense qu’on va vivre un grand moment du Spa Rally 2020 du côté de Francorchamps… »

2019_SPARALLY_BRC_Saturday-159

Le dimanche, c’est Theux, Maquisard Show (en descente, un must pour le public et pour les inconditionnels de cette célèbre course de côte !), Charneux et Herve qui figurent au programme du BRC, mais aussi des concurrents engagés en Critérium.

Autre particularité du parcours 2020 : il sera 100% asphalte ! « L’an dernier, les conditions météo particulièrement difficiles avaient entraîné la détérioration, voire la disparition de l’un ou l’autre chemin, se souvient Bernard Herman. Nous avons bien sûr tiré les leçons de cette situation, et les endroits concernés ne font plus partie du parcours 2020, qui sera donc 100% asphalté. Ce qui ne manquera pas de rassurer bien des concurrents… »

Le décor est planté, le spectacle va pouvoir commencer… (Communiqué de presse)

2019_SPARALLY_BRC_Sunday-37

Seat 124 : le taxi fait pour le rallye ! par Dimitri Urbain

SEAT-124-Especial-1800-Gr4-1

SEAT est née le 9 mai 1950, le pouvoir espagnol voulant mettre le pays sur des roues. FIAT détient 7% du capital, le reste étant réparti entre quelques grandes banques nationales et l’état espagnol lui-même, via l’Instituto Nacional de Industria. Les productions vont donc tout naturellement s’aligner sur celles de Turin jusqu’ en 1984, lorsque Volkswagen en prend le contrôle.

1
Etroitement dérivée de la FIAT 124, la SEAT 124 remporte un grand succès sur son marché national, tant auprès des sociétés de taxi que de la classe moyenne.

La 124 : la voiture des classes moyennes

De par sa longévité, la 124 est l’un des modèles phares assemblés par SEAT. Celle-ci est, bien entendu, la cousine de la FIAT 124 ainsi que de… la Lada 1200 produite en Union Soviétique et très répandue en Belgique jusqu’à la fin des années 80. Présentée lors du salon de Barcelone 1968, ses formes cubiques sont alors très modernes, par rapport aux plus anciennes 850 de la marque. Destinée aux classes moyennes dont le niveau de vie augmente de manière importante, elle se décline en deux versions :  124 et la 1430, plus cossue, aux performances plus élevées qui arrive dès 1969. Le moteur est un quatre cylindres en ligne de 1.197 cm³ de 60 ch (ou 1.438 cm³ et 70 ch), situé à l’avant et entrainant les roues arrière via une boîte 4 rapports et un essieu arrière rigide. N’accusant que 855 kg sur la balance, elle est donc assez alerte sur la route et atteint les 145 km/h (155 km/h pour la 1430).

2
Production locale, la 1430 se distingue par ses doubles phares à iode, ses finitions plus luxueuses et ses performances plus élevées. Elle atteint 155 km/h en pointe, dans un confort de bon niveau.

Si la direction à circulation de billes n’offre pas la précision d’une crémaillère, le freinage est, lui, très moderne avec des disques sur les 4 roues. Le succès commercial est rapide : prix d’achat mesuré ; performances correctes ; coûts d’entretien maîtrisés et fiabilité de bon niveau font de la 124 la voiture idéale pour l’Espagne des années 70. Ses lignes résolument modernes et agréables lui permettent de faire oublier les petites voitures à moteur arrière ayant fait la fierté des premiers Seatinos (surnom national des premiers acheteurs de la marque). Les ingénieurs de SEAT écoutent les critiques de la clientèle et modifient la suspension arrière en lui adjoignant des tirants latéraux afin que les roues ne perdent plus autant d’adhérence dans les virages serrés dès 1969. Dans le même temps, des pneus radiaux sont montés en série. Il en résulte une sérieuse amélioration du comportement routier, la voiture se comportant désormais un peu plus comme une traction, ayant perdu en grande partie son caractère survireur dans les courbes serrées. En l’espace de quelques années, elle devient le principal modèle de taxi du pays.

3
En 1975, SEAT fait appel à Giugiaro afin de moderniser la 124 à moindre frais. Nouvelle calandre, phares et feux rectangulaires vont lui permettre d’entamer une seconde carrière.

Une carrière bien remplie

Au début des années 70, SEAT crée un département compétition au sein de l’usine afin d’y assembler les futures voitures de compétition de la marque. Alors qu’au niveau international ce sont les Alpine, les Porsche ou les Lancia qui font la loi, SEAT va se lancer dans le bain du rallye avec… des taxis ! L’équipe d’usine SEAT débute en 1972 : une SEAT 124 1600 est confiée à Salvador Cañellas pour le Critérium Louis de Bavière et enchaine les victoires en rallye nationaux, emportant le premier titre de la marque cette même année. En 1973 et 74, le moteur 1.600 cède la place à un 1.755 cm³. SEAT remet le couvert en championnat national pour les 6 saisons suivantes, toujours avec la 124 qui va évoluer d’année en année. Au final, ce sont 104 participations, 96 podiums et pas moins de 39 victoires ! Sans compter les différents championnats régionaux avec plus de 750 podiums et 250 victoires.

4
A l’image de ce qui existe en France ou en Angleterre avec les Formules Renault et Ford, la SEAT 1430 donne sa mécanique à une formule monotype permettant à de jeunes amateurs de découvrir à moindre frais les joies du pilotage en monoplace.

Evolution esthétique

En 1975, la motorisation de la version rallye évolue à nouveau : un 1.840 cm³ est utilisé. En parallèle, la firme fait appel à Giorgetto Giugiaro afin de moderniser esthétiquement la 124. Sa carrière est terminée en Italie mais il lui reste encore de belles années devant elle dans la Péninsule Ibérique.  Phares et feux deviennent rectangulaires ; la calandre est moins haute. Sa production est déplacée de Barcelone vers l’ancienne usine Authi (qui produisait des voitures anglaises du groupe British Leyland) en 1976. Elle prend alors le nom de Pamplona et des exemplaires seront même vendus en Belgique par le réseau FIAT. La gamme de série s’enrichit : aux côtés de la version 1430, une 1600 reçoit un moteur à double arbre à cames en tête de 1.592 cm³ et 90 ch. Pour l’occasion, le train arrière régresse puisque c’est celui de la 131 contemporaine, équipé de tambours, qui est utilisé. En 1976, la version rallye d’usine bénéficie d’une suspension arrière indépendante et d’une alimentation par injection sur le 1.840 cm³.

5
Une 124 en action lors du rallye de Monte Carlo…

1976- 77 : Nouvelles victoires et la groupe 5, l’ultime 124

Exploitant commercialement les victoires en rallye, SEAT monte un autre moteur dans la Pamplona. Toujours à double arbre à cames en tête, il s’agit cette fois d’un 1.756 cm³ qui développe 118 ch à 6.000 tr/ min et un couple de 153 Nm à 4.000 tr/min. La petite berline atteint les 180 km/h en pointe… Elle reçoit enfin une direction à crémaillère et récupère les disques à l’arrière. Celle-ci fait un engin idéal pour la compétition et SEAT homologue une boîte aux rapports rapprochés ainsi qu’un couple conique adapté pour le groupe 1. Cette version « FL80 » est rejointe en 1978 par une autre « FL90 » qui reçoit un moteur double arbre à cames en tête de 1.919 cm³ développant 114 ch à 6.000 tr/ min et un couple de 160 Nm à 5.500 tr/ min. Elle atteint 178 km/h en pointe, pas mal avec un Cx de boîte à chaussures ! Elle reçoit des pneus taille basse en 175/70 et une direction à démultiplication réduite provenant de la 131. Les amortisseurs sont également adaptés pour offrir un meilleur compromis entre confort et tenue de route.

6
L’un des prototypes de la version groupe 5, avec portes arrière soudées.

En rallye, la 124 remporte le championnat national espagnol et Zanini est également vice- champion d’Europe des rallyes. La voiture évolue encore et devient finalement une groupe 5. Le moteur est un 2.000 cm³- DOHC 16 V de 131 Abarth réalésé à 2.100 cm³. D’abord alimentée par injection à guillotine Kugelfisher, elle est finalement remplacée par deux carburateurs double corps Weber 45, n’ayant pas donné entière satisfaction. Il développe 210 ch à 7.500 tr/min. La boîte est une ZF 5 rapports qui entraine les roues arrière, équipée d’un autobloquant ZF également. La suspension avant est celle de la 124 Spider Abarth : des combinés McPherson avec triangles inférieurs et tirants longitudinaux tandis qu’à l’arrière elle est indépendante et utilise des triangles superposés et des barres de torsion. Des barres antiroulis sont montées à l’avant et à l’arrière. Le freinage est confié à 4 disques, étriers 4 pistons à l’avant, frein à main hydraulique et répartiteur réglable. La crémaillère de direction est dérivée de celle de la 131.

7
La 124 groupe 5 en version définitive, en fait un cocktail de 124 Spider et de 131 Abarth, dans une caisse de Pamplona.

Elle est montée en 13’’ et reçoit des pneus Michelin de 180/55 R 13 à l’avant et 240/40 R13 à l’arrière. La caisse est rigidifiée en soudant les portes arrière et des renforts à de multiples endroits. Elle accuse 990 kg sur la balance et le rapport poids/ puissance est de 4,71 kg/ch. 1977 reste l’année la plus marquante avec les 3ème et 4ème places d’Antonio Zanini et Salvador Cañelas au général au rallye de Monte Carlo (1430 groupe 4) et le championnat national espagnol avec la groupe 5. A son volant, Antonio Zanini remporte encore le championnat national espagnol des rallyes en 1977. La Pamplona poursuit encore sa carrière commerciale jusqu’en 1980, quand la Ritmo la remplace. En rallye, SEAT utilise des 131 Abarth à partir de la saison 1978 mais c’est une autre histoire… (Dimitri Urbain)

8
Moteur 2 litres double arbre et 114 ch pour 178 km/h en pointe, qui l’eut cru ? La Pamplona 2000 est une vraie sportive méconnue, dans la même veine que les Escort RS 2000 ou Opel Kadett GT/E, en plus polyvalente avec ses 4 portes.

BRC: Spa Rally: Qui pour contrer Princen?

bb67a599-76c4-419d-a33d-f7e2e024a8e2
Vainqueur au ralye de Hesbaye, Kris Princen tentera de poursuivre son beau début de saison en ajoutant le Spa Rally à son palmarès.

Dès ce jeudi après-midi, le paddock du circuit de Spa-Francorchamps va s’animer puisque les concurrents du Spa Rally 2019 vont y installer leurs structures. Le Shakedown est programmé le vendredi après-midi du côté de Ster avant d’entamer un week-end riche de deux fois douze spéciales.

IMG_0039
Guillaume de Mévius sera, une nouvelle fois, très surveillé…

Alors que la météo annoncée devrait nous offrir un rallye bien gras et délicat, Kris Princen tentera de faire honneur à son étiquette de favori. Vainqueur du Rallye de Hesbaye, le pilote de la nouvelle Volkswagen Polo R5 BMA sera présent pour réussir la passe de deux, mais on sait que le rendez-vous spadois ne lui a pas toujours souri par le passé. D’autant qu’il pourra sentir le souffle de ses adversaires directs et déclarés, à commencer par Adrian Fernémont (Skoda Fabia R5), le vainqueur en titre, et Guillaume de Mévius (Citroën C3 R5), qui tentera de trouver enfin la vitesse sans passer par la case débosselage.

Fern_montA_1902_Hasp__JHen__1
Vainqueur en 2018, Adrian Fernémont aimerait logiquement renouveler l’expérience…

La dernière inconnue concernait la monture privilégiée par Cédric Cherain, médaillé d’argent à Landen, et bien décidé à engranger de nouveaux gros points à Spa. Le pilote liégeois s’est rabattu sur une Skoda Fabia R5 en provenance des ateliers de SXM Competition de Jourdan Serderidis. Objectifs clairement avoués de Cherain: mettre la pression sur Princen et viser – au moins – un nouveau podium.

DeMeviusGh_1902_Hasp__JHen__5
Ghislain de Mévius fera virevolter sa Skoda Fabia R5 sur les jolies routes ardennaises.

Dans le sillage des favoris logiques, le peloton de chasse sera sans doute emmené par Ghislain de Mévius (Skoda Fabia R5), Cédric De Cecco (Skoda Fabia R5) et Patrick Snijers (Volkswagen Polo R5), la liste des bolides de la catégorie R5 étant complétée par les Ford Fiesta de Pieter-Jan Michiel et Philip Cracco, la Peugeot 208 T16 de Joachim Wagemans et la DS3 d’Armand Fumal.

2302_2019_0518297384030141903626
Après son retrait sur sortie, très tôt à Landen, Patrick Snijers aura à coeur de signer un résultat dans la cité thermale.

Le public mélomane pourra profiter de l’affrontement royal qui s’annonce entre les dompteurs de Porsche 911 GT3 que sont John Wartique, Francis Lejeune, le revenant Pascal Gaban, Romain Delhez et Fred Bouvy. Pas de doute, la bande son sera elle aussi de qualité. Dans les rangs des outsiders, on retrouve Stephan Hermann (Fiat Punto S1600), Steve Vanbellingen (Mitsubishi Lancer Evo10), Pierre Hubin (Mitsubishi Lancer Evo9), Jean-Pierre Destrument (Mitsubishi Lancer Evo9) et consorts.

Hasp19__KL_00056
Grégoire Munster s’est imposé en Hesbaye. A Spa, la concurrence sera renforcée.

Initialement engagé avec une Skoda Fabia R5 qu’il n’a finalement pas trouvée, Amaury Molle se rabat sur une Peugeot 208 R2 qui vient encore renforcer l’affiche de la catégorie Junior BRC, où il sera opposé au champion en titre Grégoire Munster (Opel Adam R2), au véloce Hollandais Timo van der Marel (Opel Adam R2), à Tobias Brüls (Peugeot 208 R2) et à Thibaud Mazuin (Peugeot 208 R2). Chaud patate!

3080c6b4-fc8d-4ff3-9a1b-0869d176c5f8
Gino, le Tonton flingueur de chronos, espère retrouver de la fiabilité du côté de sa belle Escort.

En Historique, c’est à un conflit de générations qu’on risque fort d’assister, avec les Youngtimers de Guino Kenis (BMW M3 E30) et Dirk Deveux (Ford Sierra Cosworth) face aux Oldtimers de Gino Bux (Ford Escort MK1), Johnny Delhez (Ford Escort MK2), Stefaan Prinzie (Opel Ascona 400), Patrick Deblauwe (Ford Escort MK2), Arthur Kerkhove (Ford Escort MK2), Jean-Michel Gerome (Ford Escort MK2), avec en guise de cerise sur le gâteau l’inattendue… Lotus Elan du local Grégoire Destexhe, qui brille généralement dans les montées historiques.

KenisG_1902_Hasp__JHen__1
Toujours généreux dans l’effort, Guino Kenis devrait nous enchanter à bord de sa jolie BMW M3.

Avec quelque 170 équipages au départ, les spectateurs du Spa Rally 2019 s’apprêtent à passer du bon temps entre les spéciales et QG de l’épreuve au cœur de Spa. Voilà qui promet!

Horaire

Samedi 16 mars

ES1/6/11 Winanplanche     8h31 – 13h26 – 18h21

ES2/7/12 Theux                    8h50 – 13h45 – 18h40

ES3/8      Francorchamps   10h46 – 15h41

ES4/9      Wanne                   11h04 – 15h59

ES5/10    La Gleize               11h40 – 16h35

Dimanche 17 mars

ES13/17/21 Francorchamps 8h35 – 12h00 – 15h25

ES14/18/22 Herve                   9h13 – 12h38 – 16h03

ES15/19/23 Fays show           9h47 – 13h12 – 16h37

ES16/20/24 Spa                      10h11 – 13h36 – 17h01

HASP2019_DN__004