Essai exclusif: Land-Rover Defender 110 P400: de la nostalgie vient l’envie

Foto 04-07-20, 16 20 10
On n’a pas véritablement affronté des terrains propices à l’art du tout-terrain mais voilà néanmoins le nouveau Defendre dans une de ses postures favorites!

Présenté au Salon de Francfort… 2011 sous forme de concept, il aura fallu près de 8 ans pour que l’on retrouve la version définitive sur nos routes. Dessiné sous la direction de Gerry Mc Govern, ce DC100 est alors motorisé par un 2.0 Diesel 4 cylindres et même s’il semble trop sophistiqué pour nous arriver tel quel, ses lignes générales vont inspirer les travaux suivants. Disponible en deux carrosseries reposant sur un châssis monocoque en aluminium bien plus rigide que son ancienne construction, le nouveau Def’, comme l’appellent les puristes, dispose de trois motorisations, essence et Diesel. Chez Land Rover, ils savent qu’on aime les chevaux alors ils nous ont proposé d’essayer le 3.0 6 cylindres essence fort de 400 ch. Pas vraiment adapté au marché belge mais parfait pour déplacer les 2300 kg de l’engin…

Foto 03-07-20, 18 51 17
Même s’il s’agit d’un 90, l’ancien paraît bien fluet face au nouveau venu au gabarit généreux.

Il en impose avec cette carrosserie longue à 5 portes, le nouveau Defender, surtout dans un environnement urbain. Il a réussi à conserver une filiation directe avec son prédécesseur avec ses hanches bien marquées et de nombreux accessoires qui viennent compléter l’attirail du parfait baroudeur. C’est une version First Edition qui nous était prêtée qui, extérieurement, restait relativement discrète si l’on excepte ses roues de 20 pouces, ses vitres arrière privatives et ses rails de toit noirs qui étaient eux, en option. Mais c’est bien évidemment dans l’habitacle que le nouveau Defender progresse énormément en offrant désormais de l’espace, du confort et de la technologie!

LR_DEF_20MY_110_Interior_100919_03
Luxe, calme et volupté à bord. On va compter sur les doigts d’une seule main les futurs propriétaires qui oseront emmener leur nouveau Def’ dans la boue…

J’aime bien

Ceux qui se disaient amoureux de l’ancien Defender par snobisme seront ravis d’apprendre que le modèle 2020 reçoit toutes les attentions nécessaires à un 4×4 du XXIe siècle. Les sièges sont en effet excellents et n’ont rien à envier à d’autres modèles de la marque. L’espace dévoué aux occupants a également fait l’objet de tous les soins et ceux-ci peuvent désormais envisager les longs voyages en Defender avec sérénité. Les assises restent très hautes et on grimpe véritablement à bord mais cela offre une position de conduite qui ravira les automobilistes qui n’existent que par la hauteur de leur SUV. Et cela donne très souvent envie de pousser celui qui n’avance pas assez vite à notre goût…

Foto 04-07-20, 16 17 59
Il faut beaucoup d’espace pour que le nouveau Land Rover se sente bien. Le voilà dans son élément!

Plutôt malin

On adore le parfum luxueux apporté à ce nouveau modèle. Certes, un cadre en magnésium entoure le tableau de bord et de nombreux écrous apparents tentent de conserver un aspect brut à l’habitacle mais ce dernier cède néanmoins le pas au luxe imposé par un véhicule affiché à un tel tarif. On découvre ainsi le nouveau système d’infodivertissement PiviPro et son écran tactile de 10″ particulièrement bien dessiné et facile d’utilisation si vous disposez d’un(e) jeune ado geek sous la main. Devant les yeux du conducteur, c’est également un tableau de bord numérique qui est proposé de série, dépaysant définitivement les habitués du vieux Def’. Et pour mieux apprivoiser ce véhicule de 5m de long et 2 de large, la caméra de proximité 3D associée à l’aide au stationnement à 360° sont proposés en série pour vous assister.

LR_DEF_20MY_Interior_100919_05
Les écrans digitaux ont pris le pouvoir à bord. Pour le plus grand bonheur des jeunes générations qui n’y seront guère dépaysées.

J’aime moins

Toute cette électronique va évidemment rebuter les fans de la première heure capables d’entretenir leur Defender eux-mêmes. Mais il faut vivre avec son temps. Inutile de vous préciser que, malgré sa puissance élevée, notre Land n’a jamais développé un grand enthousiasme pour la conduite dynamique, comme tous les autres modèles de la marque ai-je envie de dire, à l’exception de l’Evoque. Certes, il est amusant d’avoir à sa disposition une aussi généreuse cavalerie pour vexer de temps en temps de petits prétentieux mais avec une consommation moyenne de 13,5 l/100 km de sans plomb, il vaut mieux avoir de nombreux billets dans son portefeuille.

Foto 04-07-20, 16 04 28
Impressionnant, avec ses phares LED Matrix montés en série sur la finition First Edition.

Pourquoi je l’achète

Jouant à fond sur l’image intacte du Defender, Land Rover proposé un condensé de son savoir faire dans une enveloppe moderne qui ravira les amoureux de ce modèle iconique qui va connaître ainsi une deuxième vie, 37 ans après son lancement en tant que tel. Même si ce modèle-là dérivait d’un 4×4 né en… 1948. Le confort est son point fort avec ses sièges très luxueux, ses écrans ultramodernes et son habitabilité inédite. On n’a pas parlé de ses capacités hors des routes asphaltées mais elles sont intactes et la marque met un point d’honneur à le faire savoir. Il peut donc fréquenter des lieux infréquentables pour sa jolie carrosserie sachant que tous les matériaux de son habitacle sont lavables. Les restes de boue et de poussière laissés dans tous les ouvrants de notre exemplaire d’essai laissaient entendre que celui-ci avait déjà vécu pareille expérience. Enfin, le bruit sympathique de son 6 cylindres essence n’était pas pour nous déplaire et son couple de 550 Nm bien utile pour se sortir de la moindre situation embarrassante.

Foto 04-07-20, 16 04 59
Tout en conservant les lignes de l’ancien, le defender 2020 s’offre quelques jolis traits de design. 

Pourquoi je ne l’achète pas

Affiché à 87.800€, notre Defender First Edition était bien équipé mais sans excès. Et doit défendre chèrement sa peau face au Discovery qui propose, lui aussi 7 places, mais bien plus utilisables que le strapontin monté en option dans le Def’. Certes, le petit frère n’est pas disponible avec ce gros moteur essence qui nous a enchanté mais en Belgique, bien peu de monde pourra s’offrir pareil moulin. Enfin si le volume du coffre (de 231 à 2.233 litres) est en rapport avec l’encombrement de la carrosserie, il impose un accès compliqué par l’ouverture latérale de sa porte. Mais cela, les fans de la première heure n’y trouveront rien à redire…

IMG_9932
Vu le prix de cette version à 6 cylindres essence, il faudra peut-être vous résoudre à opter pour une maison en rondins si vous souhaitez garder quelques deniers pour remplir le réservoir…

Foto 04-07-20, 16 02 52

Foto 04-07-20, 16 08 46

Foto 04-07-20, 16 10 31Foto 04-07-20, 15 11 25

 

Printemps 2020: sorties et nouveautés – Morgan par Dimitri Urbain

Morgan1
Morgan, des lignes immuables depuis près de bientôt 100 ans. Mais cette fois le châssis en bois a fait place à une structure aluminium beaucoup plus rigide. Une véritable révolution!

Une nouveauté, chez Morgan? L’immuable marque anglaise continue à proposer un petit roadster classique, désormais avec un châssis en aluminium plutôt qu’en bois. Oui, oui, vous avez bien lu, la petite firme britannique a craqué! Le moteur est un quatre cylindres 2 litres de chez BMW, avec des réglages spécifiques à la Morgan Four.

Morgan2
A l’intérieur, les passagers sont comme dans un cocon mais il ne faut pas se tromper, la mécanique d’origine BMW, tout comme la boîte de vitesses, manuelle ou automatique, garantissent une expérience et une facilité de conduite très actuelle.

255 ch pour à peine plus d’une tonne, voilà qui devrait se révéler sympathique sur la route! Ce moulin teuton est associé à une boîte manuelle 6 rapports ou une automatique à 8 rapports. Dans les deux cas, la vitesse de pointe est de l’ordre de 240 km/h mais les accélérations sont meilleures avec la boîte automatique: moins de 5 sec pour le 0 à 100 km/h. Histoire d’être vraiment moderne, la Four reçoit même un ABS, la direction assistée ou encore le verrouillage centralisé, un éclairage LED et même un écran central! Bienvenue au 21ème siècle, Morgan! Côté tarifs ils devraient être plutôt conséquents et débuter vers les 70.000 €. (Dimitri Urbain)

Morgan3
Certes avec un peu de retard, Morgan entre de plein pied dans le vingt et unième siècle: un écran de contrôle fait désormais partie du tableau de bord!

Printemps 2020: sorties et nouveautés – Mc Laren

McLaren 765LT_Track_10
En annonçant 765 chevaux, la nouvelle Mc Laren 765 LT se rapproche dangereusement de sa majesté la Senna!

Mc Laren aurait dû profiter des allées feutrées du salon de Genève pour dévoiler au public  sa nouvelle 765 LT. En fait, il s’agit d’une version diabolique de la 720S présentée en 2017. Comme son nom l’indique, la nouvelle venue dispose de 765 chevaux mais elle ne sera produite qu’à… 765 exemplaires. Les lettres LT font référence au châssis allongé (Longtail ou longue queue en français) de 6 cm, ce qui ne l’empêche pas de subir une cure d’allégement de 80 kg grâce à l’absence, entre autres, de la climatisation et du système audio.

McLaren 765LT_Studio_10
Pour gagner du poids, les ingénieurs anglais n’y sont pas allés par quatre chemins; clim et hi-fi sont passés à la trappe.

Les rapports de boîte ont été raccourcis (démultiplication de boîte 15 % plus court) et la modification de ses lignes devraient assurer le refroidissement lors des séances sur piste pour partir à la chasse au chrono puisque Mc Laren promet un 0 à 100 km/h en seulement 2,8 s et de 0 à 200 km/h en tout juste 7,2s. Et si à ce moment-là, un obstacle survient, ne comptez pas plus de 110 m pour vous arrêter. Voilà des performances assez ahurissantes qui ne sont guère éloignées de celles dont est capable la Senna et ce, dans une discrétion qui ne devrait pas déplaire à tout qui est capable de mettre plus de 350.000€ sur la table.

McLaren 765LT_Track_06
Comme toujours chez Mc Laren, les évolutions aérodynamiques sont discrètes mais bel et bien réelles!

Printemps 2020: sorties et nouveautés – Bentley par Dimitri Urbain

Bentley1
Le Bacalar est une réalisation Mulliner qui marie des éléments du prototype XP 100 avec une base de Continental GT cabriolet.

La marque de luxe du groupe Volkswagen se veut toujours plus proche de ses clients et prête à répondre à leurs demandes les plus particulières. A cet effet, Bentley remet en avant Mulliner, le nom d’un carrossier traditionnellement associé à la marque. La Mulliner Bacalar ne sera produite qu’en 12 exemplaires, déjà tous vendus. Il s’agit en fait d’une Continental GT cabriolet, reprenant des éléments du concept EXP 100 comme les phares et la calandre.

Bentley2
Toute la partie arrière de la carrosserie fait appel à l’aluminium afin de contenir le poids. Propulsée par un W12 de 635 ch, la Bacalar ne devrait pas trop se trainer sur la route!

Le train arrière est élargi de 20 mm; toute la partie arrière de la carrosserie est en aluminium tandis que les portières et les ailes avant sont en fibre de carbone. Les roues sont en 22’’. Le moteur est un W12 de 6,0 l qui développe pas moins de 635 ch. Il est associé à une boîte automatique 8 rapports. Le prix de vente minimum serait autour des 2 millions d’€.

Bentley3
La console centrale est constellée de boutons de commande… l’ergonomie n’aurait-elle pas été quelque peu négligée au profit du luxe?