Essai : Toyota RAV4 Plug In hybrid : la Prius des campagnes aussi à l’aise en ville

Lors de sa naissance en 1993, le RAV4 (pour Recreational Activity Vehicle) était un véhicule ludique et très compact. (Il mesurait d’ailleurs 90 cm de moins que la version actuelle !) De génération en génération, il a donc grandi et en taille… et en puissance. SUV le plus produit au monde, il a déjà séduit plus de dix millions d’acheteurs et se situe en seconde position derrière la Corolla en termes de ventes. L’année dernière, ce sont pas loin d’un million d’exemplaires qui sont sortis d’usine. La cinquième génération, présentée en 2019, n’est disponible qu’en motorisation essence, avec des déclinaisons hybride et hybride rechargeable. C’est cette dernière que nous venons d’essayer pour vous. (Texte : Dimitri Urbain, Photos : Paul- Edouard Urbain)

1
Le RAV4 est un SUV dont le gabarit en fait une familiale accomplie. Le style est un peu torturé mais plus consensuel que celui du CHR.

Toyota a popularisé l’hybridation au travers des différentes générations de Prius. La marque livre désormais des véhicules hybrides plug in, dont le RAV4. Celui-ci est donc rechargeable sur une prise de courant domestique. Une charge complète sur une prise de courant domestique prend environ 7h30, une Wallbox permet de descendre à 2h30.  En roulant, la récupération d’énergie s’effectue lors de phases de freinage ; elle est ensuite réutilisée lors des accélérations. Le moteur principal est un quatre cylindres essence de 2487 cm3 ! Le downsizing des moteurs n’a pas vraiment la cote auprès des constructeurs japonais. Sur papier, 306 ch et 227 Nm à 3.200 tr/ min, ça a de quoi séduire.

9
A l’avant, ce sont des sièges sport qui accueillent les passagers. Confortables, ils maintiennent bien en virage. Ils sont tendus de tissus et de cuir synthétique très convaincant. Le siège conducteur dispose de réglages électriques, à la différence de celui du passager, réglable uniquement manuellement. Le grand toit vitré et ouvrant dont est équipé notre véhicule d’essai est le bienvenu pour que l’intérieur ne soit pas trop sombre. Ouvert, il n’est pas bruyant… ce qui est très agréable.

Certes, les accélérations sont vigoureuses et franches. Nous avons d’ailleurs surpris plus d’une BMW lors d’accélérations mais vu son poids (plus de 1,9 T !) le moteur semble bien adapté au véhicule.  Une fois la batterie déchargée, li reste un véhicule lourd et dont le moteur est un peu à la peine. Il est associé à une boîte de vitesses à variation continue (CVT). Nous avons eu moins l’impression que la boîte perd les pédales et fait monter le moteur dans les tours pour rien qu’avec d’autres véhicules équipés de la sorte. Il est confortable et facile à utiliser, son caractère familial est bien réel. L’intérieur est spacieux et accueillant, bien équipé et correctement fini, le coffre est très grand.

2
Les différentes caméras embarquées et autres systèmes d’aide à la conduite permettent de prendre facilement en main le RAV4 et il inspire confiance.

J’aime bien

Le RAV4 hybride rechargeable n’est pas un véhicule sportif mais son comportement routier est tout à fait rassurant. Passer en mode « sport » affermit la direction et la rend moins molle. Le RAV4 est un 4X4 réalisé de manière simple : un moteur électrique posé sur l’essieu arrière entraine donc les roues postérieures tandis que c’est le moteur thermique (secondé par l’électrique) qui s’occupe des roues avant. Le coffre a une contenance de 520 litres et la batterie n’en réduit pas les dimensions.

3
Les passages de roues peuvent accueillir des roues de 18, 19 voire 20’’ sans problème. Chaussé en Dunlop, il s’est avéré confortable. Un peu plus de feeling dans la direction serait le bienvenu car même en position « sport », il y a toujours une sensation d’éloignement et de déconnection du train avant.

J’aime moins

Les roues de 17’’ sont un peu perdues dans les passages de roues. L’écran multimédia pourrait bénéficier d’une meilleure résolution, tout comme la caméra de recul : elle gagnerait certainement à être déplacée car très et trop souvent l’image est complètement floue à cause de l’humidité, de la pluie…  Le toucher de la pédale de frein est surprenant… tout d’abord il ne se passe rien (c’est la régénération qui agit) puis directement on se retrouve le nez dans le pare-brise ou presque ! Le dosage n’est vraiment pas évident à maîtriser.

4
L’ergonomie est bien pensée et la qualité des matériaux, tout comme leur assemblage, sans faille. L’écran central est de bonne taille mais sa résolution gagnerait à être plus grande. La navigation entre les différents menus est assez intuitive.

Bien vu…

Avec Toyota on n’est jamais déçu de la finition intérieure et des ajustages. Si le cuir est synthétique, il est quand même de bonne facture. Les petits détails abondent, comme le hayon arrière à ouverture automatique. A bord, les rangements sont nombreux et pratiques, bien disposés. La qualité perçue est bien réelle, du dessus de tableau de bord moussé au revêtement antidérapant des poignées de portes intérieures.

5
Sous le capot, c’est un quatre cylindres à double arbre à cames en tête de 2,5 litres est associé à un moteur électrique et développe pas moins de 306 ch et 227 Nm à 3.200 tr/min. Il n’est jamais trop bruyant et se montre à la hauteur de la tâche. Il suffit d’appuyer sur la pédale de droite pour que le RAV4 bondisse. Et sa consommation reste très mesurée, aux environs de 6,5 l/ 100 km.

Pourquoi je l’achète

Le RAV4 Hybride rechargeable rend la motorisation électrique crédible. Avec une autonomie d’environ 70 km en ville et sans l’anxiété de la panne sèche, il y a de quoi réfléchir. Au vu de sa taille, le Toyota RAV4 a un appétit d’oiseau… Il accueille cinq passagers dans un grand confort et son coffre aux formes régulières permet d’envisager un départ en vacances sans devoir opérer trop de choix douloureux entre des robes et des chaussures. Son toit vitré et ouvrant rend l’intérieur assez noir plutôt lumineux. Les sièges sont confortables et maintiennent bien. L’équipement est très complet, depuis le réglage lombaire jusqu’aux sièges avant et arrière chauffants, ainsi que le volant. De quoi très vite être à l’aise même par un matin de gel.

6
Il est facile de connaître l’état de la charge en roulant. De plus, des écrans très didactiques permettent de visualiser le fonctionnement de la chaine cinématique.

Pourquoi je ne l’achète pas

Le RAV4 se conduit facilement mais a un côté « américain » qui fait que l’on ne se sent jamais réellement impliqué derrière le volant. Même chose du côté de la boîte de vitesses, en tant que conducteur on a vraiment l’impression d’être déconnecté de tout ce qui se passe sous le capot et du côté du train avant. C’est certainement le plus gros défaut que l’on puisse lui trouver… Sur un véhicule de 57.000 €, c’est de la radinerie que de ne pas offrir les réglages électriques sur le siège du passager.

7
Le coffre présente des formes régulières et une capacité suffisante pour partir à quatre ou cinq sans devoir n’utiliser que des sacs souples. De plus, le seuil de chargement n’est pas trop haut. La banquette rabattable augmente la modularité et transforme le RAV4 en utilitaire si nécessaire.

Confortable et accueillant, il faut juste ne pas prendre le RAV4 pour un SUV sportif, ce qu’il n’est en aucun cas. Il a la bonne taille pour accueillir les moteurs électriques et la batterie sans trop sacrifier d’espace et, si besoin était, il démontre la parfaite maîtrise technologique de Toyota.

10
Le RAV4 Plug In Hybrid est un 4X4 dont l’essieu arrière est équipé d’un moteur électrique. Pas d’arbre de transmission encombrant ici, c’est tout bénéfice pour l’espace des passagers arrière. Vu sa taille, la batterie n’empiète même pas sur la capacité du coffre. Sa taille est idéale pour ce mode de propulsion.

Une réflexion sur “Essai : Toyota RAV4 Plug In hybrid : la Prius des campagnes aussi à l’aise en ville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s