Réenchanter l’automobile : Citroën peut le faire !

Les constructeurs automobiles sont confrontés à de nombreux défis… et chacun a ses propres recettes pour y faire face. Chez Citroën, électrification rime avec sérénité et accessibilité. La marque remet en avant le confort, la facilité d’utilisation, tout ce qui peut faciliter la vie en général et à bord en particulier.

01
La Citroën Ë C4 est une berline de taille moyenne avec des tendances de SUV. Elle fait la part belle au confort et propose une finition de bon niveau. Son confort est bien dans la tradition de la marque, sans pour autant avoir le côté bateau qui tangue de certaines de ses devancières. La version électrique dispose de 100 kW, 260 Nm de couple et peut atteindre 150 km/h en pointe.

En France, dans les années 70, la prévention routière martelait déjà « la vitesse c’est dépassé ». Aujourd’hui, entre embouteillages ; radars et autres dispositifs destinés à empoisonner la vie des automobilistes par toutes les façons possibles et imaginables, on serait vite tenté de penser que l’automobile et son usage deviennent un enfer. Citroën voit les choses autrement et veut donc « réenchanter l’automobile ». Le plus important n’est pas la destination mais bien le voyage : il faut donc qu’il soit le plus confortable et le plus agréable possible. Désormais, cela passe par la propulsion électrique.

02
Extérieurement, il faut un œil averti afin de réaliser qu’il s’agit d’une version électrique et non thermique. Plutôt haute sur pattes, l’Ë C4 dispose de nombreux détails travaillés, comme les feux arrière.

Défis et opportunités

Les marques premium descendent en gamme et détournent de plus en plus la clientèle des marques généralistes à leur profit. Cette tendance, conjuguée à un processus d’électrification qui, quelque part, gomme de plus en plus les particularités techniques propres à une marque, rend la différenciation des produits de plus en plus ardue. Citroën propose des solutions de mobilité électrique individuelles qui s’inscrivent dans l’air du temps tout en restant abordables. Et le constructeur français y ajoute sa carte de visite : le confort et le côté zen.

03
Le coffre présente des formes régulières et son seuil permet d’y caser facilement toutes sortes de choses.

Tradition et innovation

Depuis plus de cent ans, Citroën innove et propose une vision décalée et différente de l’automobile. Certains constructeurs automobiles créent de nouvelles niches, ajoutent des équipements parfois ou souvent inutiles, développent des versions hybrides ou électriques avec des puissances délirantes… Citroën voit les choses différemment : désormais et à l’avenir, la marque veut continuer à offrir une certaine liberté par la mobilité. Dès lors, le passage à l’électrique est perçu comme une occasion d’évoluer, de se réinventer. Forte de son héritage et de son passé, la marque est sans doute l’une de celles qui dispose d’une des plus importantes latitudes d’innovation. Ce mouvement a été initié il y a déjà quelques années, sous la direction générale de Linda Jackson.  Son successeur, Vincent Cobée, est sur la même trajectoire : sans pour autant reproduire ce qui existait auparavant mais plutôt en y trouvant de l’inspiration afin de répondre de manière durable à de nouveaux défis. A titre d’exemple, la nouvelle C3 et ses côtés dépouillés représente un certain retour à l’essentiel mais ce n’est pas une version 4.0 de la Visa ou de l’AX.

04
La signature des versions électriques s’affiche en bleu sur la carrosserie, du double chevron à ce « E » stylisé.

Gamme électrique

Dans la mouvance actuelle, Citroën ne pouvait ignorer le passage à la motorisation hybride et électrique. Faire partie du groupe Stellantis est un énorme avantage car ainsi, la marque peut bénéficier d’économies d’échelle et proposer des tarifs attractifs, afin que les productions de la marque soient accessibles au plus grand nombre. Elles arborent d’ailleurs un nouveau logo :  un double chevron coloré de bleu et les patronymes des modèles sont, pour la plupart, désormais précédés d’un « Ë ». L’Ami, que nous avons essayée récemment, en est un parfait exemple. Ce n’est pas pour rien si elle est disponible à la FNAC : d’un côté, Citroën veut permettre à un plus grand nombre de personnes d’avoir accès à la mobilité électrique tandis que, de l’autre, la FNAC a toujours favorisé l’accès du plus grand nombre à la culture… qui passe aussi par la mobilité. Le constructeur et l’enseigne culturelle avaient donc tout pour se rejoindre. Nous pourrions même dire que la mobilité c’est la vie, n’en déplaise aux écologistes rabiques de tous poils qui voudraient nous voir retourner à l’âge de pierre.

05
Le Berlingo offre deux versions, cinq ou sept places. Ses formes régulières ménagent un espace intérieur gigantesque. La batterie, située sous le plancher, ne se remarque même pas. Equipé du toit vitré « Modutop », il foisonne d’espace de rangements dont les enfants raffolent pour un long voyage. En version électrique, il plafonne à 135 km/h, ce qui est un peu limite dans certaines circonstances.

Une certitude : à l’avenir, la mobilité, surtout individuelle, sera toujours plus chère et donc… de moins en moins accessible. Citroën fait donc en sorte de battre en brèche les idées reçues sur le coût de la mobilité électrique. La marque ambitionne que la part de l’électrique dans sa gamme soit de 30% en 2025 et passe à 70% en 2030. Aujourd’hui, la gamme électrique s’étend de 7.690 € pour l’Ami, à 28.780 € pour une Ë-C4, 32.610 € pour un Ë- Berlingo et jusqu’à 43.800 € pour l’Ë-Spacetourer. Les différents modèles bénéficient des équipements « Citroën advanced comfort » qui améliorent le confort des occupants avec des aides à la conduite et différents services connectés. La question cruciale reste de savoir si les acheteurs vont suivre cette évolution en nombre. Même si la e-Mehari n’a pas laissé un souvenir impérissable, il semble que les choses aient bien changé… à l’heure d’écrire ces lignes, la marque a déjà enregistré plus de onze mille commandes pour l’Ami. Elle représente d’ailleurs la meilleure vente de son segment en France, Italie, Espagne, Portugal, Grande-Bretagne ainsi que chez nous. Pour rappel, l’Ami offre 75 km d’autonomie et se recharge complètement en trois heures sur une prise domestique. Son moteur de 6kW permet d’atteindre 45 km/h et en fait une voiture de ville idéale.. Les batteries sont garanties 8 ans (ou 160.000 km) et jusqu’à 70% de leur capacité d’origine. Récupérer 80% d’autonomie réclame de 30 minutes à 45 minutes (sur une borne rapide 100 kW) pour  à 5 heures sur une Wallbox triphasée 11 kW ;  à 7h30 sur une Wallbox monophasée 7,4 kW et… 15h sur une prise domestique renforcée.

06
Le combiné de bord du Berlingo est désormais digital et permet de suivre au mieux la consommation électrique au cours d’un trajet.

3 tailles disponibles, à destination des familles…

Outre l’Ami, la gamme Citroën électrique se décline en trois modèles qui font appel à la plateforme EMP2 du groupe: la Ë- C4 ; le Ë- Berlingo en versions cinq et sept places et le Ë- Spacetourer, qui peut accueillir jusqu’à neuf passagers. Ces véhicules partagent le même moteur de 100 kW et 260 Nm de couple, associé à une boîte automatique EAT 8 et disposant de trois modes de conduite. La sélection s’opère via une commande située à droite du levier de boîte de vitesses. « Eco » augmente l’autonomie, tout en limitant la puissance à 60 kW et le couple à 190 Nm.  Le mode « Normal » permet de disposer de 80 kW et 210 NM tandis que le mode « Power » libère les 100 kW et les 260 Nm lors d’un transport, par exemple. De l’autre côté du bouton à la finition guillochée, un interrupteur permet de sélectionner le mode « Brake » : ce dernier recharge la batterie lors des phases de freinage ou de décélération. Ainsi, l’autonomie augmente et les plaquettes de frein sont moins sollicitées. La Ë-C4 atteint une vitesse maximale de 150 km/h et sa batterie de 50 kWh autorise une autonomie de 350 km WLTP. L’Ë-Berlingo atteint 135 km/h et peut parcourir 280 km (WLTP).

07
L’écran central de l’Ë C4 est plutôt intuitif et assez facile à utiliser, une fois son fonctionnement assimilé. La navigation est précise et en phase avec le mouvement du véhicule.

Quant à l’Ë-Spacetourer, il est disponible soit avec une batterie de 50 kWh, autorisant 230 km d’autonomie, soit avec une batterie de 75 kWh offrant alors 330 km d’autonomie mais dans les deux cas, sa vitesse maximale est de 130 km/h. Un écran permet de visualiser les flux d’énergie et de réguler la charge, qu’elle soit en cours ou programmée via l’application My Citroën, les informations de l’ordinateur de bord et surtout l’autonomie disponible. Via l’application Free2move, il est possible d’accéder à plus de 200.000 bornes sur l’ensemble de l’Europe. De plus, elle indique si eles sont compatibles et disponibles. Cette application permet de programmer des voyages en utilisant les trajets les plus appropriés en fonction de la charge et du type de borne nécessaire. En outre, elle permet de gérer la consommation électrique du véhicule. Nombre d’aides à la conduite sont montées en série sur les trois modèles, du maintien de voie à la détection d’angle mort, en passant par l’aide au stationnement ou encore l’assistance au freinage d’urgence. La troisième génération du ludospace Berlingo, présentée en 2018, a déjà trouvé plus de 240.000 preneurs et il occupe la seconde position de son segment en termes de ventes. Depuis sa présentation, en 1996, il s’est écoulé à deux millions d’exemplaires. Des enquêtes ont révélé que ses utilisateurs parcourent en moyenne 13.500 km par an, soit environ 40 km par jour avec un mix de 37% d’usage urbain, 44 % d’usage routier et 16% d’autoroute. De quoi rendre une motorisation électrique attrayante pour une majorité d’utilisateurs. Espace intérieur et volume de charge sont identiques à ceux d’une version thermique classique. La batterie se trouve sous le plancher, ce qui permet également d’abaisser le centre de gravité. Le toit vitré est associé au Modutop et pas moins de 26 espaces de rangement sont disponibles, pour un volume de 167 litres.

08
Le temps de charge est variable en fonction du type de borne utilisée, de 30 minutes pour récupérer 80% d’autonomie sur une borne rapide à… 15 heures sur une prise domestique classique.

Au volant

Nous avons pu brièvement essayer la gamme électrique Citroën sur différentes routes, de la ville à l’autoroute. Nous avons tout d’abord pris le volant de la Ë C4. La voiture s’acquiert de sa tâche avec facilité, l’expérience du confort Citroën est bien réelle, merci les butées hydrauliques progressives. Les sièges sont confortables et offrent un bon maintien en virage. L’esthétique reste affaire de goût personnel mais nul doute qu’il s’agit ici d’une proposition électrique crédible sur le segment, proposée à des tarifs relativement accessibles. Même chose pour les familiales Ë Berlingo et Ë Spacetourer.  L’expérience de conduite est assez comparable à celle des versions thermiques. Pas de surpoids caractérisé, de train avant paresseux ou de direction floue, c’est déjà ça. Vu la brièveté de l’essai, nous n’avons bien évidemment pas pu vérifier l’autonomie. Nous sommes plus dubitatifs sur les tarifs, 32.000 et 43.000 € cela représente un sacré budget. Certes, en France, des primes permettent de les rendre plus accessibles.  

09
Réenchanter l’automobile… voilà l’ambition de Citroën qui met en avant le confort, le côté zen, relax, décontracté. Ce ne sont pas les occupants de la banquette arrière de l’Ë C4 qui trouveront à y redire.

Autre point d’étonnement, les vitesses de pointe : 135 km/h pour le Berlingo et seulement 130 km/h pour l’Ë Spacetourer.  Au vu des limitations de vitesses, c’est suffisant mais… serait-il prudent de s’aventurer sur une autobahn ? Dans certaines situations, il est indispensable d’aller plus vite qu’un autre véhicule qui roule à la limite légale afin d’éviter un accident. Même si l’offre électrique de Citroën est adaptée et correspond aux attentes de nombreux acheteurs, à l’heure du choix il conviendra de bien mettre tous les éléments dans la balance afin qu’il soit raisonné. (Texte et photos: Dimitri Urbain)

010
Tout comme le Ë Berlingo, l’Ë Space tourer est, à la base, un utilitaire. Son avantage réside dans son volume intérieur et sa capacité à accueillir sept à neuf passagers. Confort et finition sont très corrects et permettent d’envisager de longs déplacements dans des conditions honorables. Il est disponible avec deux batteries : 50 ou 75 kWh et une autonomie de 230 ou 330 km. Les tarifs débutent à plus de 43.800 € et… il plafonne à 130 km/h.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s