Librairie : l’annuel des 24 heures du Mans 2020 chez E.T.A.I. : une gageure !

24h-vf-2020c

Je ne sais pas si c’est le fait de ne pas avoir assisté à la course alors que j’y suis présent depuis 2013 sans interruption mais voir arriver l’annuel de cette épreuve mythique en 2020 m’a procuré un plaisir qu’une certaine routine avait fortement atténué ces dernières années. La changement de date forcé a également apporté un peu de nouveauté dans les nuances colorées de cet album encore et toujours fortement axé vers les photographies de qualité. Alors oui, la nuit a duré bien plus longtemps qu’en juin mais les couleurs automnales et les lumières de septembre ont parfaitement compensé ce changement mais revenons plus longuement sur ce livre plus que jamais indispensable.

Le Mans 24 Hours
La Toyota TS050 Hybrid a remporté, en septembre dernier, sa troisième victoire aux 24 heures du Mans mettant fin, par la même occasion, à l’ère des LMP1 hybrides…

Avec ses 278 pages, il en offre une nouvelle fois pour son argent. D’autant que si vous aimez les vidéos, des pictogrammes disséminés dans l’ouvrage vous indiquent qu’il existe du contenu interactif à télécharger ou visionner. Comme d’habitude, c’est Pierre Fillon qui signe l’éditorial tandis que la préface est écrite par Carlos Tavarès, le patron de PSA venu donner le départ de cette 88e édition. Une édition à la croisée des chemins puisque dès cette année, ce seront les hypercars qui animeront la tête de la course. Le chapitre Historique qui ouvre habituellement les hostilités de l’album se penche, assez logiquement, sur les 50 ans de la Porsche 917 synonyme de première victoire du constructeur allemand au classement général. On revient ensuite sur les particularité d’une édition disputée dans des conditions sanitaires drastiques, Covid oblige. Le virtuel a également droit à son chapitre puisqu’une course de 24 heures avait été brillamment organisée lors du week-end initialement dédié à l’épreuve réelle. Après cela, l’annuel 2020 parle de la mise en place de l’épreuve avec le processus de sélection, les vérifications administratives et techniques sans oublier le pesage, simplifié, qui s’est déroulé exceptionnellement au circuit.

TheGTE-PROAstonMartinstookadoublepodium (1)
Chez les GT, ce sont les Aston Martin Vantage AMR qui ont dominé la course. Chez les pro, notre compatriote Maxime Martin s’est imposé en compagnie de Harry Tinckell et Alexander Lynn.

Arrive enfin les premières festivités avec les quatre séances d’essais libres, les qualifications et, nouveauté de cette édition, l’hyperpole qui offrait aux six meilleurs de chaque catégorie (LMP1, LMP2, LM GTE PRO et LM GTE AM) une piste claire pour y signer le chrono ultime. Malheureusement, avec une Toyota TS050 Hybrid alourdie de 17 kg par rapport à 2017, le japonais Kamui Kobayashi a bel et bien signé sa troisième pole position sur l’épreuve, mais en restant à 0″476 de son record. Les deux chapitres suivants sont consacrés à la veillée d’armes où l’on nous expose les futures règlements qui régiront la plus belle course du monde dès 2021 avec l’arrivée des LMDh et des LMH mais également aux courses annexes, la Porsche Carrera Cup et Michelin le Mans Cup. Et c’est à la page 108 que débute le récit imagé de ces 24 heures du Mans qui resteront à jamais gravées dans les esprits… de ceux qui n’y étaient pas! Comme toujours, les clichés sont de grande qualité et illustrent pratiquement tous les incidents relatés dans le texte. On a remarqué deux petites erreurs d’identification des voitures mais cela n’a que peu d’incidence sur le sens des mots. De belles doubles pages complètent l’iconographie de l’ouvrage et le regard des nombreuses dames engagées cette année viennent illuminer les pages. Bref, l’annuel des 24 heures 2020 constitue, plus que jamais, un incontournable de tout passionné d’endurance.

B2_1130_DPPI-rgb-scaled
L’arrivée de deux équipages 100% féminins a apporté une touche de charme bienvenue lors de cette édition automnale.

Les dernières pages sont consacrées aux podiums, aux statistiques et au film de la course. Mais les deux auteurs, Thibaut Villemant et Jean-Marc Teissèdre, offrent quelques pages à Medhi Casaurang-Vergez où il  nous parle de l’équipage 100% féminin engagé en LMP2, 13e du classement final et 9e de leur catégorie, mais également des gentlemen drivers qui ont toujours fait partie de la légende des 24 heures avec quelques victoires au général. Quatre pages sont consacrées à la fin de l’ère des LMP1 hybrides lancées en 2012 et puis nouveauté pour cette édition, les engagés sont repoussés en toute fin d’album.

Fiche Technique

  • Date de parution : 21/12/2020
  • EAN 13 : 9791028304393
  • Editeur : ETAI ALBUMS
  • Format : 235×315 mm
  • Nombre d’illustrations : 600
  • Poids : 2000 g
  • Prix : 49 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s